Accueil du site > blogs > le blog de neuvième art

neuvièmeart 2.0 a souhaité qu’à côté des dossiers de fond, qui s’engagent dans le temps et s’étoffent au fil des années, des plumes viennent régulièrement chatouiller votre intérêt, en faisant part du leur, loin des « buzz » et de la culture de « l’actu ». Nous gardons l’esprit large : les auteurs qui ont décidé de participer à cette tribune collective peuvent puiser dans d’anciennes parutions, la critique peut s’exercer librement, les relations avec d’autres formes artistiques sont bienvenues, et d’autres arts graphiques, du cinéma à l’animation, ont aussi droit de cité.
Il va sans dire que tous ces billets, pas toujours doux, parfois polémiques, n’engagent que leurs auteurs, ne reflètent pas forcément le point de vue de la rédaction de neuvièmeart 2.0 et n’engagent pas la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image.

dimanche 26 février 2012

comment on devient microcéphale

par Harry Morgan

au sujet de Lost and Found, Comics 1969-2003 de Bill Griffith, Fantagraphics, décembre 2011.

Qui peut se vanter de détenir tous les numéros de Young Lust, le comic underground de Bill Griffith, qui changeait d’éditeur à chaque numéro, ou les trois numéros de Tales of Toad, publié par une très utopique Cartoonist Co-Op Press qui, de l’aveu du dessinateur, n’a jamais existé ailleurs que sur une table de cuisine ? Ayant pitié des vieux collectionneurs, et désireux d’offrir à de nouvelles générations un coup d’œil rétrospectif sur le courant de l’underground, Fantagraphics nous offre un volume de 364 pages, retraçant la carrière du créateur de Zippy the Pinhead.

La lecture d’un pareil bottin inspire maintes réflexions, mais c’est sur la question de l’apprentissage du métier et de la mise au point des « trucs » professionnels que nous voudrions nous focaliser ici.
Il a suffi de trois années à Bill Griffith, qui précédemment s’adonnait à la peinture (destin parallèle à celui de Justin Green, l’immortel auteur de Binky Brown Meets the Holy Virgin Mary), pour trouver son style définitif. Arrivé à la page 116 du volume, le lecteur découvre inopinément dans l’histoire de Zippy titrée A Fool’s Paradise, publiée initialement dans Tales of Toad numéro 3 (1973), le trait de plume précis et le système élaboré de hachures dont l’auteur ne se départira plus jamais. Les cent pages qui précèdent montrent un dessinateur à la conquête de son métier, et qui se livre à diverses expérimentations, notamment avec le papier Craftint doubletone, qui fait apparaître deux niveaux de trame quand on le colore avec un révélateur. (Naturellement les dessinateurs intelligents ne se contentent pas d’aplats de trame, mais dessinent avec le révélateur.)
Par une curieuse ironie, le point de départ de Bill Griffith est aux antipodes de son style définitif, puisque son Young Lust est une parodie sexuellement explicite du romance comic de la DC titré Young Love et qu’il est tout à fait évident que Bill Griffith pastiche des planches de Vince Colleta et de ses confrères, planches dessinées au pinceau et utilisant de façon préférentielle le gros plan, alors que Bill Griffith sera un maître du trait pointu et de la case bien remplie. Notre dessinateur aura donc été contraint, pour se trouver, de faire demi-tour et de repartir dans la direction opposée. C’est sans doute ce qui explique l’apparente instantanéité du style définitif. Il suffisait de s’engager sur la bonne route.

Zippy Young Lust, 1972.

Il est curieux d’observer que la mise au point du type d’humour très particulier de Bill Griffith accompagne la mise au point de son style graphique. C’est le coq-à-l’âne (désigné en anglais par l’expression latine non sequitur) qui caractérise l’humour de Zippy the Pinhead. Dans la dynamique du daily strip distribué par King Features Syndicate, l’alter ego du dessinateur, Griffy, représente le pôle de la rationalité, et Zippy celui de la fantaisie. Mais l’apparente absurdité de ce que dit Zippy rejoint par la bande le propos de Griffy, ce qui donne à l’ensemble de l’échange une sorte de pertinence. Ou, à tout le moins, ce que dit Zippy apparaît comme ni plus ni moins idiot que les propos des autres protagonistes dans un univers fictionnel qui est borné au consumérisme et à la médiasphère. Or ce type d’humour, que Bill Griffith lui-même qualifie de « surréaliste » (en voulant dire : proche de l’écriture automatique), est préfiguré dans les divagations d’un Mister Toad shooté à l’héroïne (« The Addictive Personality », Tuff Shit Comics n° 1, 1971) ou dans les répliques de Randy et Cherisse (Short Order Comics n°1, 1972), ce pseudo « couple idéal » dont le manque d’épaisseur est trahi par le fait qu’il s’agit de deux affiches publicitaires sur des cadres découpés en forme de silhouettes.
Il y a un troisième enseignement à tirer de l’étude de Bill Griffith Lost and Found, qui est la genèse du personnage de Zippy lui-même. Ce sont les trois petites microcéphales du Freaks de Tod Browning (1932) qui ont donné à Bill Griffith l’idée de son pinhead. Le trait distinctif de Zippy, le fait qu’il parle par coq-à-l’âne, vient précisément du langage écholalique des microcéphales de Freaks. Mais le dessinateur a aussi déniché au XIXème siècle un pinhead du cirque Barnum qui s’appelait William Henry « Zip » Johnson. Or les noms de baptême de Bill Griffith sont précisément William Henry, de sorte que ce « Zip » Johnson agrégeait les prénoms de l’auteur (Willam Henry) et de son personnage (Zippy).

Randy Cherisse.

L’intervention la plus notable de Bill Griffith par rapport à son référent dans Freaks a consisté à changer le sexe de son microcéphale. Mais y a sur ce point matière à débat, car l’une des microcéphales de Freaks, Schlitzie, était dans la vie... un monsieur. Peut-être cette ambiguïté est-elle subliminalement à l’origine du curieux costume de fête foraine que porte Zippy, qui se présente comme une robe jaune à pois rouges.
Les bandes dessinées de Bill Griffith n’échappent pas à cette règle universelle dans les littératures dessinées du putsch des personnages secondaires. Au début c’est Mister Toad qui est le personnage principal et Zippy le second rôle. Mais Mister Toad, adonné à ses pulsions, est plutôt un personnage de « méchant », et il était inévitable qu’il perdît la prééminence.

Mister Toad, 1972.

Plus curieuse est la première apparition de celui qui deviendra Zippy dans Young Lust. Griffith entreprend de dénuder un vieux poncif des bandes dessinées sentimentale, celui des deux filles jalouses l’une de l’autre car amoureuses du même homme, dont il est clair par ailleurs qu’il n’est pas « un type bien ». Chez Griffith, cet adonis problématique est « Danny », un microcéphale au menton piqué de barbe, ce qui donne immédiatement à l’histoire une ambiance de loufoquerie et de décadence, et révèle l’absurdité foncière des romance comics, qui pourraient porter le titre générique « Les confessions d’une cruche ».

Harry Morgan

version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF envoyer l'article par courriel

Répondre à cet article

samedi 28 mars 2015

à propos du classement des livres numériques sur une tablette

par Christian Staebler

On a beaucoup parlé, un peu partout, des différences entre la bande dessinée lue sur papier et celle lue sur tablette ou écran. Pour les avantages de la lecture électronique : facilité de transport, prix avantageux, instantanéité de l’acquisition mais aussi couleurs plus lumineuses, lecture dynamique avec l’agrandissement possible des cases, possibilités diverses d’animation (le turbomédia) ou de défilement lié à la technologie elle-même. Pour les inconvénients : la qualité des rendus souvent moyenne (en cas de planches scannées), une mauvaise perception de la totalité d’une page ou double page, la perte de la sensualité du papier, le feuilletage pour retrouver un passage bien plus facile dans un livre papier [1]. Mais il est un inconvénient majeur dont on a peu parlé, me semble-t-il, jusque-là : comment retrouver un livre (bande dessinée ou autre) sur sa tablette ?

Le lecteur assidu cherche forcément chez divers diffuseurs de quoi sustenter sa soif de lecture. Pour la bande dessinée, le choix est plutôt large. Entre autres : Izneo, BDBuzz, AveComics, sans compter le Kindle d’Amazon, le iBooks d’Apple et les diverses liseuses spécifiques, auxquels peuvent s’ajouter, si vous lisez l’anglais, Comixology, Sequential et bien d’autres. Bien sûr, chacun ne propose pas l’ensemble de la production et vous, lecteur, allez, par conséquent, papillonner de l’un à l’autre pour trouver votre bonheur. Et cela pourrait être une bonne chose : la concurrence et la diversité sont, nous dit-on, plus souhaitables qu’un monopole. Votre bibliothèque va très vite s’agrandir, car certains de ces vendeurs en ligne proposent des prix « découvertes » alléchants (et qui parfois permettent de vraies surprises en allant vers des titres qu’on avait manqué auparavant).

Or, chaque site en ligne a son logiciel de lecture. Votre tablette se charge donc, non seulement de livres numériques, mais aussi de logiciels. Chaque logiciel a son système de classement, ses particularités de lecture (plus ou moins intuitive), sa vitrine vers le site de vente et parfois même sa tablette spécifique. Les fichiers sont alors protégés contre la copie par des DRM [2]. Cela peut sembler aller de soi, et être sans grande importance.
Là où le problème pointe son nez, c’est dans le fait que chaque système de classement ne peut se joindre aux autres. Le lecteur qui accumule des titres se retrouve donc très rapidement à devoir ouvrir toutes ses bibliothèques, une par site de vente, pour retrouver un livre qu’il sait avoir acheté, mais chez quel acheteur ? Sur un ordinateur classique, la recherche reste possible par le nom du fichier. Sur les tablettes (style iPad), cette possibilité disparaît. Il faut donc ouvrir une par une chaque application pour chercher dans chaque bibliothèque si le livre souhaité s’y trouve.

Cette multiplication des bibliothèques rend donc la recherche du livre difficile, d’autant que certaines « apps » ont tendance à vouloir vous mener d’abord vers le site de vente et non vers vos livres déjà acquis. Sans oublier qu’au moindre bug, ou suite à une mise à jour, vos livres peuvent disparaître sans prévenir et vous allez être obligé de passer dix minutes à tous les retélécharger (si vous y arrivez !). Très vite, cela devient presque rédhibitoire et vous finissez par ne plus rechercher des titres acquis antérieurement pour vous contenter de lire ce qui a été fraîchement acheté. Cet état de fait encourage la bande dessinée de grande consommation et ne pousse pas vers des œuvres qui parfois nécessitent plusieurs lectures pour en tirer toutes les subtilités. Le problème de la mémoire (autant celle de l’ordinateur que la nôtre) et de la conservation des données dématérialisées est encore une fois posé à travers ce manque de réflexion sur l’organisation de nos livres. Ne se retient que le récent, aux oubliettes le passé.

Pour le moment, aucune solution ne semble apparaître dans ce paysage confus. Il ne reste donc qu’à patienter, en espérant qu’un format s’impose et que tous les acteurs de ce secteur s’y plient. Cela risque d’être long, chacun voulant garder ses prérogatives, ses avantages et ses clients. N’est-ce pas là une des raisons pour lesquelles ce marché a du mal à se développer ? Le lecteur reviendra peut-être au papier, qui conserve décidément bien des avantages. Surtout si les initiatives numériques réellement novatrices (comme la revue Professeur Cyclope pour laquelle j’ai personnellement décidé d’acquérir une tablette) ne trouvent pas leur lectorat et finissent par disparaître.

Chacun devra donc trouver par soi-même sa solution. Un bon hacker aura peut-être une manière de « craquer » les différents formats. Ce n’est malheureusement pas un procédé à conseiller. Comme ne l’est pas la solution du téléchargement illégal, qui pourtant propose essentiellement deux formats (PDF et dossier contenant les planches en JPEG), lisibles sur presque tout type de tablette (même le format Kindle d’Amazon peut lire vos propres PDFs [3]). Certains auteurs proposent déjà directement leurs œuvres en vente directe au format PDF [4]. Un autre choix, en l’état des choses, serait de se contenter d’un seul fournisseur, mais alors on risque de donner tout pouvoir à une seule entreprise et de briser ainsi la multiplicité, les possibilités, les variétés possibles.
Espérons que tous ces diffuseurs, auteurs, vendeurs en ligne, trouveront rapidement un moyen de satisfaire les lecteurs qui voudraient avoir une seule et même bibliothèque cohérente et facile d’accès.

Christian Staebler

Notes

[1] Pour avoir un bon aperçu du dossier bande dessinée numérique lire le livre de Sébastien Naeco, La BD numérique, enjeux et perspectives, dans la collection « Comprendre le livre numérique » aux éditions Numérik ; livre paru en 2011 mais toujours d’actualité.

[2] Digital Rights Management. Il s’agit la plupart du temps de fichiers sur lesquels a été apposé un « cadenas » limitant le nombre de copies. Voir ici ce qu’en dit Que Choisir : http://www.quechoisir.org/telecom-multimedia/informatique/decryptage-livres-electroniques-decryptage

[3] Voir l’astuce, tout à fait légale, ici : http://www.pcastuces.com/pratique/astuces/3785.htm

[4] C’est notamment le cas de Philippe Caza (http://www.bdebookcaza.com).

version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF envoyer l'article par courriel

4 Messages de forum

Répondre à cet article

partager sur
logithèque utile | FAQ | contacts | plan du site | mentions légales | recommander ce site à un ami | ISSN 2108-6893

rejoignez-nous    RSS 2.0   Facebook   YouTube   iTunes   App Store   App Store   Google Play   Android   Viadeo   LinkedIn