Accueil du site > blogs > le blog de neuvième art

neuvièmeart 2.0 a souhaité qu’à côté des dossiers de fond, qui s’engagent dans le temps et s’étoffent au fil des années, des plumes viennent régulièrement chatouiller votre intérêt, en faisant part du leur, loin des « buzz » et de la culture de « l’actu ». Nous gardons l’esprit large : les auteurs qui ont décidé de participer à cette tribune collective peuvent puiser dans d’anciennes parutions, la critique peut s’exercer librement, les relations avec d’autres formes artistiques sont bienvenues, et d’autres arts graphiques, du cinéma à l’animation, ont aussi droit de cité.
Il va sans dire que tous ces billets, pas toujours doux, parfois polémiques, n’engagent que leurs auteurs, ne reflètent pas forcément le point de vue de la rédaction de neuvièmeart 2.0 et n’engagent pas la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image.

dimanche 19 février 2012

sexe et bande dessinée : l’enfer des bulles

par Benoît Berthou

Au sein de mon billet consacré à Barbarella, j’évoquais un ouvrage, L’Enfer des bulles, qui semble à lui tout seul donner un sens au terme « contre-culture » tant il s’écarte des « bonnes mœurs » en vigueur et des sages productions éditoriales commercialisées lors de sa parution au début de l’année 1968.

Signé par Jacques Sadoul – écrivain, essayiste et spécialiste d’une Science-Fiction qu’il a largement contribué à faire connaître auprès du grand public en dirigeant pendant vingt ans la collection « SF » de J’ai lu, cet ouvrage présente en effet un sous-titre explicite : « L’érotisme dans la bande dessinée ». Il s’agit donc de considérer le Neuvième art comme un mode d’expression sexué, chose audacieuse tant sur le plan des convenances que sur le plan intellectuel, car la chose n’avait, à ma connaissance, jamais été tentée.

« cachez ce sein que je ne saurais voir »
Poser un tel problème n’avait en effet absolument rien d’évident et il y a fort à parier que cette belle idée serait restée lettre morte sans le concours de Jean-Jacques Pauvert, sulfureux éditeur s’il en est. Spécialisé dans les productions « licencieuses », celui-ci a en effet clandestinement diffusé en 1948 les quatre tomes des Cent vingt journées de Sodome du Marquis de Sade avant de connaître le succès six ans plus tard grâce à la publication d’Histoire d’O, délicieux petit livre signé Pauline Réage. Ces actions clairement militantes participèrent d’un mouvement de libération des mœurs que Mai-68 fit rentrer dans les faits. L’Enfer des bulles s’inscrit ainsi dans un combat que Jean-Jacques Pauvert mena de concert avec d’autres éditeurs, et notamment avec Éric Losfeld qui publia dans les années 60 les impudiques Pravda, la survireuse de Guy Peellaert ou Barbarella de Jean-Claude Forest.
Mais, et au-delà de ces évolutions sociétales, l’érotisme constitue un thème encore plus percutant lorsque l’on considère les mœurs de la bande dessinée européenne des années 60. Celle-ci semble en effet avant tout être caractérisée par une exclusion pure et simple de tout ce qui peut avoir de près ou de loin un rapport à la sexualité, comme en témoigne l’exemple des deux hebdomadaires qui constituaient alors le principal vecteur de diffusion de la bande dessinée « franco-belge ». Tintin et Spirou constituaient des publications chastes au possible, et Franquin évoquant lors d’un entretien avec Hugues Dayez ses années passées à publier dans le journal de Marcinelle déclare ainsi : « On se disait tout de suite : “Je ne vais pas dessiner des filles parce que Dupuis va bondir...” On n’aurait pas fait une histoire d’amour dans Spirou : je ne l’ai jamais fait, d’ailleurs. » [1]

Jacques Sadoul, « Les fiancées éternelles »,
L’Enfer des Bulles, éditions Jean-Jacques Pauvert, 1968, p.24.

Seuls les soudaines rougeurs et adorables frétillements de la Mademoiselle Jeanne de Gaston semblent avoir eu droit de cité au sein de cette publication. Le corps de la femme faisait l’objet d’une véritable censure, comme nous l’apprend Stanislas Faure dans un article consacré au rapport qu’entretenaient les éditeurs belges et la commission de surveillance mise en place par la loi de 1949 : « Yvan Delporte ne débuta-t-il pas dans Spirou en retouchant les jupes et décolletés des héroïnes de bandes américaines ? » [2] Le sexe du neuvième art semble ainsi posséder une nationalité et, délaissant les sages productions européennes, Jacques Sadoul chercha son enfer dans un tout autre matériau : des comics au sein desquels « la femme jouait un rôle de premier plan » et « où – malgré les multiples censures – ses possibilités érotiques étaient nettement exploitées » (p. 5).

tarzannes, aventurières, fiancées éternelles…
Tel est en effet le premier enseignement de L’Enfer des bulles : contrairement à ce que l’on peut penser, l’érotisme n’a rien d’anecdotique dans la bande dessinée des années 50 et 60. En témoigne la richesse des centaines d’illustrations de cet ouvrage qui nous plonge dans une véritable pléthore de dessins de femmes quasiment tous extraits de séries publiées outre-Atlantique. Corps à peine voilés par vêtements ou sous-vêtements, poses mettant en valeur poitrines et hanches, voire nudité parfois pleinement assumée et représentée : nous sommes loin des jupes écossaises chères à la pugnace Seccotine de la série Spirou et Fantasio. La pudibonderie n’est ici pas de mise, et ce à grande échelle, car L’Enfer des bulles montre bien que ces représentations peuvent être considérées comme pleinement structurantes.
Tel est le parti-pris de Jacques Sadoul qui dégage ici une typologie montrant clairement que l’invention de personnages féminins fait office de principe d’organisation de la production de la bande dessinée. L’Enfer des bulles est ainsi organisé en chapitres (regroupant de nombreuses images et présentés par de trop courtes introductions) consacrés aux « fiancées éternelles » (liées à un homme qui les épouse rarement, comme l’Olive de Popeye ou la Camille de Guy L’Éclair), « tarzannes » (assumant férocité et sexualité, telles Sheena, « reine de la jungle », ou l’Italienne Pantera bionda), « aventurières » (pouvant parfois devenir de véritables alter ego pour les héros masculins comme la célèbre Dragon Lady de Terry et les pirates) et autres « filles de l’espace » (exilées ignorant généralement tout de nos mœurs si peu libres et n’hésitant donc pas à disposer de leurs corps comme Barbarella)…

Jacques Sadoul, « Les tarzannes »,
L’Enfer des Bulles, éditions Jean-Jacques Pauvert, 1968, p.77.

On cherchera ici en vain des analyses plus poussées de ces personnages, et il faudra s’en remettre à d’abondantes images fort riches en enseignements, car démontrant que la femme intègre pleinement le rang des stéréotypes propres à la bande dessinée. Sa représentation peut en effet être placée au fondement d’un « produit standardisé qui est à la clé de la diffusion et de la consommation de masse » [3] et donne lieu à nombre de personnages susceptibles de « règle[r] l’échange » [4] immanent au commerce du neuvième art. En atteste par exemple une véritable entreprise de duplication et la création récurrente de « clones » d’héroïnes à succès reprenant en partie leur apparence ou leurs caractéristiques : Sheena (qui apparaît en 1939) fut ainsi suivie par Camilla (reine de l’empire perdu qui dirigeait une armée de cavaliers juchés sur des zèbres) ou Tiger Girl (qui ne se déplaçait jamais sans son félin apprivoisé), alors que Barbarella donna naissance à Alika, Selene ou Auranella…

la femme : quel stéréotype ?
L’Enfer des bulles nous propose ainsi de penser la valeur qu’acquiert une bande dessinée participant clairement de la propagation d’images figées de la femme. Il serait en effet trop simple d’écarter d’autorité l’ensemble des productions qu’évoque Jacques Sadoul, car ces stéréotypes réservent bien des surprises. Ils ne semblent en effet pas forcément reposer sur des représentations de femmes comparables à des « potiches », éternelles compagnes d’hommes ayant le monopole de l’action, à l’instar de Barbarella qui décide absolument seule du cours de ses aventures et n’a de cesse d’affirmer une liberté : « Ils ont fait de moi une pute… Puis une sainte ! Ils finiront par me marier. » [5] Les « filles de papier » (pour reprendre le titre d’un autrre livre de ce même Jacques Sadoul, paru en 1971) ne sont donc pas forcément condamnées à jouer les utilités et n’ont parfois rien de créatures passives, même lorsqu’elles deviennent épouses.

Jacques Sadoul, « Les aventurières »,
L’Enfer des Bulles, éditions Jean-Jacques Pauvert, 1968, p.112.

C’est le cas de la belle princesse Narda qui, avant d’épouser le magicien Mandrake, fut l’une de ses pires ennemis, tentant de l’empoisonner et de la poignarder avant de se faire jeter en pâture à un poulpe géant par son futur amant. Ce rôle résolument actif peut se faire sentir dans tous les aspects du récit, comme en atteste l’exemple d’une Sheena pour qui Jacques Sadoul semble éprouver une certaine tendresse : « À notre avis, l’authentique Tarzan lui-même aurait été envoyé au tapis pour le compte tant la reine de la jungle donnait une impression de puissance physique et de méchanceté. D’ailleurs, dans les premiers épisodes de la bande, quelques méchants tentèrent bien de capturer Sheena pour l’épouser ou abuser d’elle, mais ce ressort dramatico-érotique dut être abandonné en raison du caractère “fort” du personnage » (p. 65).

désirs de bande dessinée
Corps aux muscles saillants, regard fixe concentré sur la proie, crinière blonde n’ayant jamais connu les joies de la permanente : cette « Reine de la jungle » imaginée par Bob Powell (et reprise par Robert Webb) pour le compte du studio de Will Eisner et Jerry Iger est bien loin de sa « sexy » incarnation dans le terrible navet Sheena de John Guillermin. Et si érotisme il y a dans cette bande dessinée antérieure aux années 70, celui-ci ne prend donc pas seulement la forme des rondeurs et jambes effilées d’une « minette » comme la Miss Lace de Milton Caniff. Les images de L’Enfer des bulles montrent que le neuvième art sert des désirs plus variés comme dans le cas des « victimes » : « Si nous consacrons un chapitre entier aux héroïnes devenues de malheureuses victimes, c’est que nous estimons que ce ressort dramatique est essentiellement d’origine sexuelle puisque la femme liée, aux vêtements en lambeaux, menacée d’être battue ou torturée, est avant tout un objet érotique qu’on prépare à accepter d’autres caresses que celles du feu ou du fouet » (p. 209).

Jacques Sadoul, « Les filles de l’espace »,
L’Enfer des Bulles, éditions Jean-Jacques Pauvert, 1968, p.157.

La lecture de ce livre nous invite ainsi à repenser l’érotisme en bande dessinée à l’aune d’une complexité, mais également à nous demander ce que deviennent aujourd’hui les désirs des auteurs et amateurs du neuvième art. Certains genres semblent en effet s’inscrire dans la voie de « l’érotisme de masse » que décrit Jacques Sadoul, et notamment une fantasy qui semble riche de personnages comparables à des « héroïnes classiques » (telle l’Aaricia de Thorgal, femme au foyer n’hésitant pas à manier l’épée pour défendre sa progéniture), à des « aventurières » (comme Kris de Valnor dans cette même série) ou à des « fiancées éternelles » (telle Cixi, éternelle amoureuse de Lanfeust). Mais, sorti de ce véritable paradis du stéréotype, les représentations se font bien plus complexes et innovantes, à l’image de la Valentina de Crépax qui n’hésite pas à allier phantasmes sado-masochistes et véritable désir d’enfant ou encore d’une Lady Snowblood pour qui le sexe semble constituer une arme bien plus qu’une source de plaisir. Notre propre enfer des bulles reste encore à écrire…

Benoît Berthou

Notes

[1] Huges Dayez, Le Duel Tintin-Spirou, Editions Luc Pire, collection « Luc Pire Électronique », 1997, p. 260.

[2] Stanislas Faure, « Entre protectionnisme et bonne tenue morale. Les éditeurs belges et l’article 13 de la loi sur les publications pour la jeunesse (1946-1967) », dans On tue à chaque page, Éditions du Temps, 1999, p.119.

[3] Ruth Amossy, Les Idées reçues. Sémiologie du stéréotype, Paris Nathan, 1991, p.25.

[4] Ruth Amossy, Idem.

[5] Jean-Claude Forest, Barbarella, Les Humanoïdes associés, 1994.

version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF envoyer l'article par courriel

3 Messages de forum

  • sexe et bande dessinée : l’enfer des bulles 19 février 2012 11:49, par jean pierre dionnet

    il faudrait un jour retrouver tous les articles haute volée sur la bande dessinee ecrits dans les années 7O par marcel Brion,sadoul,lacassin,couperie,goimard,beylie
    ,deffricheurs et pourtant,du fait de leur "culture generale" ayant ecrit des artcles qui restent aujourd’hui d’actualite
    publiés dans Fiction,le "giff wiff",le fansine Futuropolis,ou phoenix .....

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

samedi 25 octobre 2014

en relisant barbarella

par Thierry Groensteen

[octobre 2014]

Initialement publiée par Éric Losfeld, après une première parution, en feuilleton dans V Magazine, Barbarella avait intégré le catalogue des Humanoïdes associés en 1994. Les deux premiers tomes de la saga (Barbarella et Les Colères du Mange-Minutes) avaient alors été réunis dans un volume, le troisième et le quatrième (Le Semble-Lune et Le Miroir aux tempêtes) dans un autre, l’année suivante. Mais ces deux livres, au tirage modeste, étaient épuisés, et Barbarella, l’un des personnages les plus mythiques de l’histoire de la bande dessinée française, s’était absentée de nos librairies depuis au moins quinze ans.

De la même manière que Casterman et Dupuis redonnent vie à leurs classiques, les Humanoïdes associés viennent de prendre l’heureuse initiative de rééditer Barbarella. Seul l’épisode inaugural, long de 68 planches, est paru à ce jour, dans une édition de luxe, au format 30 x 40 cm, et au tirage limité.
Limité à 999 exemplaires si j’en crois ce qui est imprimé dans le livre, à 1500 exemplaires si c’est le site de l’éditeur qui dit vrai. J’incline à croire cette seconde version, car l’exemplaire que j’ai sous les yeux en écrivant ces lignes porte le No.1397.
Le livre est en bichromie, mais n’utilise qu’une seule couleur de soutien, sans reprendre le principe initialement retenu par V Magazine, qui était de donner à chaque chapitre sa couleur (les quatre premiers évoquant les différentes saisons). Une préface inédite a été demandée à l’historien Pascal Ory, qui resitue bien Barbarella dans son contexte, marqué par la Nouvelle Vague, la gloire de Brigitte Bardot et les écrivains « sulfureux » publiés par Pauvert.
(Le groupe Humanoïds publie simultanément une édition américaine, dans une nouvelle traduction due à Kelly Sue DeConnick, scénariste pour Marvel, Dark Horse et Image.)

Benoît Berthou avait déjà parlé, ici-même, en novembre 2011, de l’érotisme – ingrédient qui, assurément, a fait la réputation de Barbarella. Il rappelait notamment les retouches apportées par l’auteur au gré des éditions successives, avec une héroïne plus ou moins dénudée pourvue de seins de taille variable. En relisant Barbarella à mon tour (ce que je n’avais pas fait depuis bien des années), je suis frappé par le comportement de la jeune femme bien plus que par sa plastique ou sa (relative) nudité. Grand connaisseur de Forest, Philippe Lefèvre-Vakana parlait d’une femme « sûre d’elle et de sa séduction » (L’Art de Jean-Claude Forest, L’An 2, 2004). C’est exact, mais c’est encore peu dire.
Barbarella, en effet, sait qu’elle est très belle et, l’ignorât-elle, on ne se fait pas faute de le lui rappeler. Ainsi du vieillard Duran, qui la décrit comme une jeune fille « au visage aussi pur que celui d’une vestale » et qui est en même temps « plus désirable que toutes les prostituées » de la ville (pl. 40).

© Les Humanoïdes associés

Si cette beauté remarquable devrait éveiller des appétits, l’on constate que Barbarella n’est jamais séduite : c’est constamment elle qui est à l’initiative, jetant son dévolu, à peine a-t-elle fait leur connaissance, sur tous les mâles à son goût qui croisent sa route. Dès la quatrième planche, elle fait des avances à Dianthus, son hôte, en présence de la sœur de ce dernier. Trois pages plus loin, elle connaît la tendresse du dénommé Ahan. Encore une demi-douzaine de pages et la voilà qui jette son dévolu sur Dildano, le « beau capitaine », dont la fusée a une forme phallique des plus suggestives. Viendront encore le prince Topal, puis le robot Aiktor, dont les « élans mécaniques » sont devenus légendaires – sans compter la « machine à faire mourir de plaisir » conçue par le serrurier du palais ! Par ailleurs, Barbarella ne semble pas dédaigner les femmes, mais elle attend que celles-ci fassent le premier pas : la case de la planche 20 où la Méduse lui caresse les cheveux semble bien préluder à une scène saphique, et plus loin c’est la putain Slupe (dont en découvrira qu’elle est une identité d’emprunt de la reine borgne de Sogo) qui veut lui donner « de l’amour gratuit », et ne se fait pas repousser. Alors que les images de Forest restent relativement chastes, ne sortant jamais du registre de la suggestion, on peut supposer que c’est là ce qui fit scandale : une femme qui ne se contente pas de montrer ses seins, de prendre des poses sensuelles et d’adresser des œillades au lecteur, mais qui assume une sexualité polymorphe, insatiable, et qui – du moins avec les hommes – a l’initiative sexuelle, ne s’embarrassant d’ailleurs d’aucun préliminaire.

Je ne sais pas jusqu’à quel point Forest était pleinement conscient des associations auxquelles se prêtent les noms de certains de ses personnages : Ahan suggère la bruyante respiration de l’amant en action, et Dildano enferme « dildo » (godemiché en anglais).
Et si l’intense activité sexuelle de Barbarella n’était que pour tromper une grande déception amoureuse, tenter d’oublier l’homme (ou la femme) qui lui a fait très mal, celui (celle) qui est pudiquement visé(e) par l’allusion aux « déboires sentimentaux » qui auraient conduit la jeune femme à « errer seule » dans l’espace (pl. 1) ? C’est une hypothèse invérifiable mais pas sans crédit.
En tout cas, Forest semble in fine se désolidariser de cette quasi-nymphomanie, voire la réprouver. Nous voyons que le royaume de Sogo, présenté (pl. 38) comme un lieu de perversion et de dépravation, et dont la reine joue les putains, s’écroule à la toute fin de cette aventure, et que Barbarella ne doit sans salut qu’à l’intervention de l’ange Pygar. En d’autres termes, et si nous lisons bien, c’est une créature asexuée qui arrache notre héroïne (et Slupe avec elle) à l’enfer du sexe et qui lui permet d’être « sauvée », dans tous les sens du terme. Conclusion somme toute étonnamment moralisatrice, et qui ne semble pourtant pas avoir été lue comme telle par les censeurs qui interdirent la première édition par un arrêté du 12 avril 1965.

© Les Humanoïdes associés

Outre l’érotisme et cette conclusion pour le moins ambivalente, l’autre dimension qui me frappe, en relisant Barbarella, est la rapidité des scènes et des transitions. Tout va très vite, rien n’est véritablement développé. Pour un peu, on se croirait dans un Zig et Puce de l’entre-deux-guerres. Cette vitesse du récit se manifeste notamment dans les scènes de séduction. « Prince Topal, vous m’avez sauvé la vie », constate Barbarella qui vient de sauter, à la suite du Prince, d’un vaisseau prêt à se crasher, et déjà elle déboutonne sa robe pour lui prouver sa gratitude. Aiktor le robot a juste le temps d’entrer en scène, et Barbarella de monter dans son taxi, qu’il y a cet échange de répliques : « Dites-moi Aiktor... Que savez-vous faire au juste ? » « Tout, Madame, tout... et très soigneusement ! », et aussitôt les voilà montrés au lit, après l’amour. Comme badinage, comme marivaudage, c’est un peu court.

© Les Humanoïdes associés

Le même constat pourrait s’appliquer à d’autres éléments, par exemple à l’utilisation des décors. Cristallia, la grande serre, ou Sogo, la ville-tour enserrée par son labyrinthe, sont des inventions architecturales qui ne dépareraient pas les Cités obscures de Schuiten et Peeters. Mais Forest prend juste le temps de nous les montrer, et n’en exploite pas tout le potentiel esthétique et dramatique.

© Les Humanoïdes associés

En somme, si Barbarella est certes plus sexy que Charlot – dont Forest dessina les aventures au cours de la décennie précédente (avec, parfois, des situations voisines : dans Charlot pionnier interplanétaire, il arrive sur une planète inconnue dans une fusée que veut voler une belle espionne…) –, elle participe encore de la même conception d’une bande dessinée feuilletonesque, au cours échevelé, qui consomme épisodes, personnages et décor sans que rien jamais ne porte vraiment à conséquence et sans que l’enchaînement des péripéties se cristallise en intrigue. En ce sens, Barbarella est une bande dessinée qui put paraître audacieuse mais qui ne saurait être qualifiée de moderne. La modernité, en encourageant les ambitions narratives des dessinateurs, en donnant naissance à la catégorie du « roman graphique », en favorisant les récits puissamment architecturés qui fouillent leur sujet, s’est construite sur de toutes autres bases. Forest y a largement participé, avec Ici Même (où le thème du labyrinthe, par exemple, prend une ampleur bien plus grande), Les Naufragés du Temps ou La Jonque fantôme vue de l’orchestre. Barbarella appartient encore au temps d’avant.

Thierry Groensteen

version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF envoyer l'article par courriel

1 Message

  • en relisant barbarella 27 octobre 16:24, par Bernard Joubert

    Pour comprendre pourquoi le récit de Barbarella est comme il est, dans sa forme, il est nécessaire de consulter sa première publication, V magazine. (Je n’ai pas lu le livre de Lefèvre-Vakana, ni la nouvelle préface de Pascal Ory, j’espère qu’ils s’attardent sur ce point.) Forest a pensé les péripéties de son héroïne uniquement pour ce support (à partir de 1962) et ce n’est que deux ans plus tard (1964) que Losfeld les a réunies en livre. (Dans ses mémoires, Losfeld raconte même que, quand il a téléphoné à Forest pour lui proposer ce recueil, « il n’y croyait absolument pas. De ce livre, je suis donc le principal responsable. Non seulement je l’ai édité, mais le plus difficile a été de convaincre Jean-Claude Forest ».)

    Donc, la mécanique de Barbarella est celle d’un feuilleton — l’analogie avec Zig et Puce est amusante ! —, et je dirais même, au début, d’une suite d’épisodes autoconclusifs car des mois passent entre chacun d’eux. Deux particularités de V magazine sont à souligner : c’est alors un trimestriel (après avoir été un hebdomadaire) et la présence d’un long feuilleton en bande dessinée y est expérimentale, au milieu d’articles, de nouvelles, de photos de pin-up et de dessins humoristiques. Depuis son lancement, en 1944, V magazine a accueilli des BD, à suivre parfois, mais de courte longueur. (Forest y avait dessiné un Zodiaque érotico-policier de douze pages en 1952.) On peut donc supposer que Forest commence Barbarella sans savoir si l’accueil des lecteurs permettra de poursuivre longtemps l’expérience, il faut pouvoir arrêter abruptement si nécessaire. Les épisodes paraissent avec, inclu dans la première case, un grand titre évoquant un récit complet : la Planète aux fleurs, les Prisonniers de la méduse, la Chasse du trident, les Poupées d’antan, le Labyrinthe de Sogo, Drôles de jeux ! et le Venin de Sogo. Voilà pourquoi des cases sont étrangement grandes dans le livre, ces titres ayant été supprimés.

    Un mot encore : à la direction de V magazine, il y avait Georges-H. [Hilaire] Gallet. En éditant Barbarella en livre, Losfeld a pris la place de ce monsieur dans nos mémoires, mais il faudrait songer un jour à réhabiliter ce premier éditeur, qui faisait très bien son travail et n’est quasiment jamais cité par les historiens de la BD. Sans égaler Playboy, V magazine était plein de dessinateurs et de journalistes dignes d’intérêt, à mon avis Barbarella n’y est pas née par accident.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

partager sur
logithèque utile | FAQ | contacts | plan du site | mentions légales | recommander ce site à un ami | ISSN 2108-6893

rejoignez-nous    RSS 2.0   Facebook   YouTube   iTunes   App Store   App Store   Google Play   Android   Viadeo   LinkedIn