Accueil du site > blogs > le blog de neuvième art

neuvièmeart 2.0 a souhaité qu’à côté des dossiers de fond, qui s’engagent dans le temps et s’étoffent au fil des années, des plumes viennent régulièrement chatouiller votre intérêt, en faisant part du leur, loin des « buzz » et de la culture de « l’actu ». Nous gardons l’esprit large : les auteurs qui ont décidé de participer à cette tribune collective peuvent puiser dans d’anciennes parutions, la critique peut s’exercer librement, les relations avec d’autres formes artistiques sont bienvenues, et d’autres arts graphiques, du cinéma à l’animation, ont aussi droit de cité.
Il va sans dire que tous ces billets, pas toujours doux, parfois polémiques, n’engagent que leurs auteurs, ne reflètent pas forcément le point de vue de la rédaction de neuvièmeart 2.0 et n’engagent pas la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image.

dimanche 8 janvier 2012

tout en images de synthèse !

par Jean-Philippe Martin

Parmi les messages reçus hier dans ma boite mail, une annonce. Celle de la sortie prochaine d’un album de Fabrice Hourlier - dont je lis le nom pour la première fois - Anikeï & Nikita, c’est son titre, est annoncé chez Indigènes productions, que je ne connais pas plus.

Assortie d’une reproduction de la couverture, la publicité, dont le but est bien évidemment de nous donner envie, précise que Fabrice Hourlier est tout à la fois auteur-réalisateur-producteur chez Indigènes productions. Celui-ci a imaginé l’histoire d’un jeune prodige de l’Union soviétique inventeur d’une nouvelle forme d’énergie propre à « renverser le cours de l’Histoire ». Évidemment l’invention est mal employée par ses compatriotes qui s’en servent pour envahir et coloniser l’Europe occidentale. Écœuré par le genre humain, le jeune savant s’exile sur une station spatiale et consacre les sept années qui suivent à une nouvelle création dont la mise au point va « le bouleverser à jamais »…
Mais les responsables de la communication d’Indigènes productions n’ont manifestement pas misé sur ce scénario digne de Fletcher Hanks pour nous convaincre de nous intéresser à l’affaire. Tout au plus lira-t-on plus loin que cette « bande dessinée plonge son lecteur dans un univers captivant ». Non, l’argument quasi unique, presque définitif, massue en somme, qui nous est asséné tient dans cette description technique de la bande dessinée qui, nous dit-on, est « entièrement conçue en images de synthèse, et proche du roman graphique ». Nous y voilà ! La bande dessinée ne pouvait échapper à la déferlante des images en 3D, qui sont devenues l’argument commercial principal pour nous faire mettre la main au porte-monnaie. La plupart du temps en nous faisant voir nos vieilles lunes avec des yeux neufs, si je puis dire. Imagine-t-on désormais d’aller au cinéma voir un film dont l’action ne jaillirait pas hors de l’écran ? Et que nous inspirent nos postes de télé vieux de quelques mois qui ne sont pas full 3D, sinon un profond dégoût ?

Ma curiosité piquée par l’argument, je me rends sur le site consacré à cet ouvrage. J’y découvre quelques « bonnes feuilles » d’Anikeï & Nikita. Je reste à dessein dans le champ sémantique du livre car, Ô surprise !, le site assure la promotion d’une bande dessinée à lire sur du bon vieux papier, sans doute aussi glacé que les images que je découvre. Comment ? À l’heure du webcomics, de la bande dessinée numérique interactive et multimedia, « le premier comic 3D » – c’est l’accroche qui est répétée à l’envi sur tout le site –, se donne à lire dans un bouquin relié à l’ancienne !
L’innovation ne se niche manifestement pas non plus dans les pages qu’il m’est donné de parcourir. Quatre au total, hors couverture, et même pas en feuilletage numérique ! La composition formelle de ces pages témoigne elle aussi d’un certain classicisme, multicadres assez sobres sans véritables recherches manifestes d’effets dans ladite composition, à quelques exceptions près qui sont loin du feu d’artifice visuel que l’on aurait pu attendre.
Qu’en est-il donc de cette fameuse 3D ? Elle s’affiche dans les vignettes, en de banales images « perspectivistes » construites par ordinateur. Non sans talent. Loin d’être un expert, je reconnais la maitrise dans les modelés, la qualité des « rendus », un sens certain des éclairages. Mon intérêt s’arrête à ce point. Pour le reste je suis tenu à grande distance de ce que je lis, trop raide, hiératique nous ramenant vers l’esthétique du roman-photo. Aucune « valeur ajoutée ».
La nouveauté n’est même pas au rendez-vous. Cela fait des années que l’image assistée par ordinateur est apparue dans le champ de la bande dessinée. On pense évidemment aux mises en couleurs mais aussi à l’usage que des auteurs comme Canepa, Yslaire, Beltran, Lalie… font de la synthèse pour créer des effets de perspective, tester des cadrages, concevoir des décors.

Sur le site d’Indigènes productions, qui s’avère être un producteur de documentaires fictions pour la télévision recourant à l’image de synthèse et aux effets spéciaux, on peut lire à propos d’Anikei & Nikita, leur première incursion dans la bande dessinée, « les images de synthèse nous les aimons, au cinéma, à la télévision, combinées à de savants effets spéciaux, mais qui peut s’enorgueillir (sic) d’avoir lu une bande dessinée entièrement en 3D ? Personne… Pour cause, cela n’existe pas ». Ah bon ?!

Une recherche rapide dans ma bibliothèque – je sais ce que je cherche ! Tiens le numéro 83 de Métal-Hurlant, de 1983, est un spécial 3D vendu avec les lunettes pour voir les images en stéréoscopie par anaglyphe (en relief quoi !). Sans déchausser mes besicles aux verres colorés, je me plonge dans le premier numéro d’une nouvelle série du tandem Joe Simon et Jack Kirby datant de...1953 et mettant en scène un nouveau super-héros imaginé par les créateurs de Captain America : Captain 3.D. Sans lendemains, cette histoire en trois dimensions, publiée par Harvey Comics entendait bien profiter d’un fort engouement pour le cinéma couleur en relief lancé ces années là.

Enfin, je remets la main sur un hors-série de Spider-Man, le numéro 12 pour être précis, édité en France en juin 2003 par Panini Comics sous le titre Une leçon de vie (Quality of life aux USA où cette mini-série de Greg Rucka et Scott Sava a paru en juillet 2002 chez Marvel). Un épisode sans éclat du plus fameux des super-héros de Marvel, n’était son mode de réalisation inhabituel puisque, entièrement en 3D, il était le fruit d’un mode de production plutôt inédit pour une bande dessinée, fût-elle un blockbuster américain.

Conçue peu de temps avant la sortie du premier long métrage sur les écrans, la série faisait appel à un animateur de Disney pour donner aux dessins préparatoires de Scott Sava un trait plus cartoon, à un coloriste spécialiste de box modelling, un logiciel de dessin en 3D, un architecte portugais pour la recréation de New-york selon le même procédé et à un concepteur de jeux vidéo, capable de faire bouger notre Spider-Man !
Comment cette bande dessinée nous était-elle vendue à l’époque ? Relisons l’avant-propos de Christian Grasse pour l’édition française : « Ce numéro est une expérience et vous n’avez sans doute jamais rien vu de pareil… en tout cas pas dans un comic. En revanche, à la télé, au cinéma, dans les jeux vidéo, ce genre d’aventures aux dessins réalisés sur ordinateurs est monnaie courante depuis des années. Et ça marche très bien. »
Rien de neuf sous le soleil, donc !

Jean-Philippe Martin

version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF envoyer l'article par courriel

3 Messages de forum

  • tout en images de synthèse ! 9 janvier 2012 15:02, par Vincent S

    Attention, il ne faut pas confondre "images de synthèse" (conçues par ordinateur) et images en relief (avec la vision stéréoscopique ; Je pense que ce sont 3 notions très différentes : Anikei et Nikita est en image de synthèse, en 3D, mais pas en relief. Le Captain 3D que vous mentionnez est en relief, mais ni en synthèse ni en 3D.

    Y’a pas si longtemps, on parlait d’images de synthèse, c’était clair, aujourd’hui, tout est en 3D et 3D ne veut plus rien dire (mais peut-être suis-je le seul qui pense que ces notions sont importantes à différencier).

    En tous cas, c’est une rudement bonne idée cette BD en images de synthèse. Surtout quand ça a l’air aussi bien écrit. On voit bien ici tout l’intérêt de faire une BD avec cette technique.

    J’aime beaucoup la dernière case de la page 28, celle où le texte dit "Je n’ai plus les mots, trop seul, trop longtemps, comment décrire le flot d’émotion qui me submerge ?" avec ce visage complètement vide d’expression.

    Pixar a fait Toy Story en 1995 avec des jouets parce qu’avec les techniques de l’époque, c’était dur de rendre crédibles des humains. Tout ce qu’on faisait avait l’air d’être en plastique, donc ils se sont "faisons une histoire avec des personnages en plastique." Aujourd’hui ce n’est plus un souci, on fait (presque) ce qu’on veut. Alors pourquoi un tel résultat, aussi froid, vide, lisse, impersonnel ? On dirait des captures d’écran d’un jeu vidéo. Mais dans un jeu vidéo, on est en empathie avec les personnages, puisqu’on est eux. Ils peuvent d’être qu’un petit amas de pixels, peu importe. Dans une BD il n’y a que l’image qui peut nous faire rentrer dans l’action, dans l’émotion etc. Dans ce cas, faire une BD aussi froide, quelle idée.

    Répondre à ce message

  • tout en images de synthèse ! 9 janvier 2012 15:08, par Vincent S

    Petit PS : le marketing subtil, ce n’est pas le fort d’indigènes prod : http://bdmaniac.fr/forums/general/s...

    Et en cherchant un peu, je suis tombé là-dessus : http://en.wikipedia.org/wiki/Batman... (à voir aussi sur le site de l’artiste)... Comme quoi.

    Répondre à ce message

  • tout en images de synthèse ! 9 janvier 2012 20:09, par Jean-Paul Jennequin

    Et en remontant un chouïa plus loin, en 1998, le court roman graphique The Dome, par Dave Gibbons (scénario) et Angus McKie (dessin) paru chez DC comics dans l’éphémère label SF Hélix est une BD en images de synthèse. Il y a toujours des gens qui s’imaginent avoir inventé l’eau chaude simplement parce que l’eau chaude a été inventée avant leur naissance ou à l’époque où ils étaient encore à l’école maternelle.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

vendredi 24 avril 2015

connaissez-vous bovil ?

par Thierry Groensteen

En prenant connaissance du récent survol de l’Histoire de la bande dessinée suédoise, des origines à nos jours, que PLG nous a proposé en janvier de cette année sous la signature de Fredrik Strömberg, je suis tombé en arrêt devant deux planches attribuées à un certain Bovil (pp. 46 et 67).
Ce nom ne me rappelait rien. Un coup d’œil sur l’Histoire mondiale de la bande dessinée dirigée par Claude Moliterni (Horay, 1989) ne m’a été d’aucun secours : le nom de Bovil n’apparaît pas dans l’article « Suède » (qui n’occupe, il est vrai, qu’une grande page) ; il ne figure pas davantage dans la page et demi consacrée à ce pays dans le Dictionnaire mondial de la BD, de Patrick Gaumer, édition 2010 (pp. 92-93 du cahier couleur intitulé « Chic Planète »). Pourtant les deux planches en question m’ont immédiatement donné l’impression d’être face aux travaux d’un incontestable maître de la bande dessinée d’aventures européenne.

Flygkamaraterna (1941-1945).

Il faut dire qu’en plus de naître suédois, Bovil a eu la mauvaise idée de mourir (vraisemblablement d’un cancer) à trente-neuf ans. De son vrai nom Bo Vilson (1910-1949), il a mené une carrière d’illustrateur, travaillant pour l’édition, la presse et la publicité, tout en s’adonnant à la peinture et à la sculpture sur bois. Il n’est venu à la bande dessinée qu’en 1941. Sa carrière dans le neuvième art a donc duré une petite décennie, sa dernière histoire (Sinuhe Egyptiern, « Sinoué l’Egyptien ») paraissant à titre posthume en 1950, dans le magazine Året Runt. Strömberg écrit que « Bovil était influencé par la série Flash Gordon, d’Alex Raymond, qui avait été publiée très tôt dans les journaux suédois, mais [qu’] il y ajoutait sa propre touche romantique et un encrage plus sensuel ».

L’atelier de Bovil.

Une recherche sur Internet conduit rapidement au site www.bovil.se, dont le seul défaut est d’être… en suédois. À côté d’une photo de l’artiste en fumeur de pipe, la grande image de la page d’accueil représente la maison en bois dans laquelle il vécut à partir de 1942 et qu’occupe aujourd’hui son fils, Björn Vilson. Autour de la maison sont des jardins, et le lieu, connu sous le nom de Bovil Gården, est ouvert au public. L’atelier, le jardin, le salon, le jardin d’hiver, les fresques murales, les éléments sculptés composent une « maison d’artiste » manifestement d’un grand intérêt – qui n’est pas sans éveiller quelques réminiscences de l’univers d’un Carl Larsson.

La rubrique « Serier » est consacrée à sa production de bande dessinée. Tout au long de sa brève carrière, Bovil n’utilisa la bulle qu’avec une relative parcimonie, donnant généralement la préférence aux cartouches narratifs, dans l’esprit des Tarzan, Flash Gordon et autre Prince Valiant des années trente, ou bien encore, en France, des grandes séries d’aventures de l’hebdomadaire Vaillant, contemporaines de sa propre production et avec lesquelles les affinités stylistiques sont manifestes, les dessinateurs européens de cette génération ayant presque tous subi les mêmes influences américaines.

La série Flygkamaraterna (« Les Amis volants »), par laquelle il débuta dans le métier (pour Folket i Bild, « Le Peuple en images ») met en scène des engins volants de son invention. Pour le coup, on songe au Secret de l’Espadon, d’Edgar P. Jacobs, et, comme le maître belge, Bovil construisit une maquette de l’appareil qu’il allait être amené à représenter sous tous les angles. Le reste de sa bibliographie semble se partager entre récits de cape et d’épée, bandes dessinées historiques, féeries orientalisantes inspirées des Mille et une nuits, et histoires de trolls dessinées dans un style semi-humoristique (Klim, Klamp och Klump). Bovil travaillait parfois sur ses propres scripts, parfois avec des scénaristes (Arne Bornebusch, Geson, Sture Lönnerstrand, Gustav Sandgren…) ou d’après des textes préexistants (des romans populaires de Zacharius Topelius et de Mika Waltaris).

Extrait de Sindbad (1945-46).

On ne peut qu’être frappé par la place faite à l’érotisme dans plusieurs de ses créations (notamment son Sindbad et son Aladin). Cela ne semble pas avoir posé problème au magazine hebdomadaire qui publia ces histoires, en l’occurrence Vecko-Revyn, une publication destinée à un public familial. Strömberg me confirme que les jeunes garçons qui ont découvert ces pages à l’époque en ont conservé un souvenir ému.

Extrait d’Aladin (1944-45).

La planche la plus étonnante qu’il m’ait été donné de voir de la main de Bovil (c’est l’une des deux pages reproduites dans l’Histoire de la bande dessinée suédoise, des origines à nos jours, mais on peut trouver un plus long extrait de cette histoire – 7 planches – dans le livre que Björn Vilson a consacré à son père, Boken om Bovil. En serietecknande konstnär, Carlsen Comics, Stockholm, 1992) est extraite d’un récit de 1947 intitulé Ask och Embla (« Ask et Embla »), inspiré des mythes scandinaves. Bovil avait interrompu sa production habituelle pendant six mois (il fournissait habituellement deux pages par semaines) pour se consacrer à ce projet personnel, une bande dessinée que Fredrik Strömberg et Björn Vilson qualifient tous deux d’« expérimentale ». Mais son éditeur rebuta le projet, sans doute trop en avance pour l’époque, et il resta malheureusement dans les cartons de l’artiste.

Ask och Embla, planche 6.

La mise en page y est beaucoup plus libre que dans ses autres productions. Trois personnages de femmes âgées (des sorcières ?) paraissent endosser la fonction de narratrices. Le trait est particulièrement fougueux et vivant, avec une utilisation très efficace de la hachure, un lettrage élégant, et une imagerie d’une grande richesse : en l’espace de quelques pages, sans rien comprendre à l’histoire, je vois défiler des visions de la Préhistoire, des vikings, des Dieux (notamment Balder, représenté ici en géant ; censément immortel, il tombe néanmoins sous une flèche décochée par Loke), des personnages évoluant nus comme dans quelque jardin d’Eden (ce sont Ach et Embla, les équivalents d’Adam et Eve dans la mythologie nordique), une vieille femme décharnée à tête de mort entourée de serpents et de squelettes…

Ask och Embla, détail.

Parfaite synthèse entre l’épique et le féerique, Ask och Embla forme un ensemble intriguant et confirme avec éclat la virtuosité d’un dessinateur qui, s’il avait vécu plus vieux, s’il avait été encouragé dans ses audaces et s’il avait pu exporter son travail hors des frontières de son pays natal, serait sans aucun doute considéré comme un maître.

Thierry Groensteen

Extrait d’Aladin (1944-45).
version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF envoyer l'article par courriel

Répondre à cet article

samedi 28 mars 2015

à propos du classement des livres numériques sur une tablette

par Christian Staebler

On a beaucoup parlé, un peu partout, des différences entre la bande dessinée lue sur papier et celle lue sur tablette ou écran. Pour les avantages de la lecture électronique : facilité de transport, prix avantageux, instantanéité de l’acquisition mais aussi couleurs plus lumineuses, lecture dynamique avec l’agrandissement possible des cases, possibilités diverses d’animation (le turbomédia) ou de défilement lié à la technologie elle-même. Pour les inconvénients : la qualité des rendus souvent moyenne (en cas de planches scannées), une mauvaise perception de la totalité d’une page ou double page, la perte de la sensualité du papier, le feuilletage pour retrouver un passage bien plus facile dans un livre papier [1]. Mais il est un inconvénient majeur dont on a peu parlé, me semble-t-il, jusque-là : comment retrouver un livre (bande dessinée ou autre) sur sa tablette ?

Le lecteur assidu cherche forcément chez divers diffuseurs de quoi sustenter sa soif de lecture. Pour la bande dessinée, le choix est plutôt large. Entre autres : Izneo, BDBuzz, AveComics, sans compter le Kindle d’Amazon, le iBooks d’Apple et les diverses liseuses spécifiques, auxquels peuvent s’ajouter, si vous lisez l’anglais, Comixology, Sequential et bien d’autres. Bien sûr, chacun ne propose pas l’ensemble de la production et vous, lecteur, allez, par conséquent, papillonner de l’un à l’autre pour trouver votre bonheur. Et cela pourrait être une bonne chose : la concurrence et la diversité sont, nous dit-on, plus souhaitables qu’un monopole. Votre bibliothèque va très vite s’agrandir, car certains de ces vendeurs en ligne proposent des prix « découvertes » alléchants (et qui parfois permettent de vraies surprises en allant vers des titres qu’on avait manqué auparavant).

Or, chaque site en ligne a son logiciel de lecture. Votre tablette se charge donc, non seulement de livres numériques, mais aussi de logiciels. Chaque logiciel a son système de classement, ses particularités de lecture (plus ou moins intuitive), sa vitrine vers le site de vente et parfois même sa tablette spécifique. Les fichiers sont alors protégés contre la copie par des DRM [2]. Cela peut sembler aller de soi, et être sans grande importance.
Là où le problème pointe son nez, c’est dans le fait que chaque système de classement ne peut se joindre aux autres. Le lecteur qui accumule des titres se retrouve donc très rapidement à devoir ouvrir toutes ses bibliothèques, une par site de vente, pour retrouver un livre qu’il sait avoir acheté, mais chez quel acheteur ? Sur un ordinateur classique, la recherche reste possible par le nom du fichier. Sur les tablettes (style iPad), cette possibilité disparaît. Il faut donc ouvrir une par une chaque application pour chercher dans chaque bibliothèque si le livre souhaité s’y trouve.

Cette multiplication des bibliothèques rend donc la recherche du livre difficile, d’autant que certaines « apps » ont tendance à vouloir vous mener d’abord vers le site de vente et non vers vos livres déjà acquis. Sans oublier qu’au moindre bug, ou suite à une mise à jour, vos livres peuvent disparaître sans prévenir et vous allez être obligé de passer dix minutes à tous les retélécharger (si vous y arrivez !). Très vite, cela devient presque rédhibitoire et vous finissez par ne plus rechercher des titres acquis antérieurement pour vous contenter de lire ce qui a été fraîchement acheté. Cet état de fait encourage la bande dessinée de grande consommation et ne pousse pas vers des œuvres qui parfois nécessitent plusieurs lectures pour en tirer toutes les subtilités. Le problème de la mémoire (autant celle de l’ordinateur que la nôtre) et de la conservation des données dématérialisées est encore une fois posé à travers ce manque de réflexion sur l’organisation de nos livres. Ne se retient que le récent, aux oubliettes le passé.

Pour le moment, aucune solution ne semble apparaître dans ce paysage confus. Il ne reste donc qu’à patienter, en espérant qu’un format s’impose et que tous les acteurs de ce secteur s’y plient. Cela risque d’être long, chacun voulant garder ses prérogatives, ses avantages et ses clients. N’est-ce pas là une des raisons pour lesquelles ce marché a du mal à se développer ? Le lecteur reviendra peut-être au papier, qui conserve décidément bien des avantages. Surtout si les initiatives numériques réellement novatrices (comme la revue Professeur Cyclope pour laquelle j’ai personnellement décidé d’acquérir une tablette) ne trouvent pas leur lectorat et finissent par disparaître.

Chacun devra donc trouver par soi-même sa solution. Un bon hacker aura peut-être une manière de « craquer » les différents formats. Ce n’est malheureusement pas un procédé à conseiller. Comme ne l’est pas la solution du téléchargement illégal, qui pourtant propose essentiellement deux formats (PDF et dossier contenant les planches en JPEG), lisibles sur presque tout type de tablette (même le format Kindle d’Amazon peut lire vos propres PDFs [3]). Certains auteurs proposent déjà directement leurs œuvres en vente directe au format PDF [4]. Un autre choix, en l’état des choses, serait de se contenter d’un seul fournisseur, mais alors on risque de donner tout pouvoir à une seule entreprise et de briser ainsi la multiplicité, les possibilités, les variétés possibles.
Espérons que tous ces diffuseurs, auteurs, vendeurs en ligne, trouveront rapidement un moyen de satisfaire les lecteurs qui voudraient avoir une seule et même bibliothèque cohérente et facile d’accès.

Christian Staebler

Notes

[1] Pour avoir un bon aperçu du dossier bande dessinée numérique lire le livre de Sébastien Naeco, La BD numérique, enjeux et perspectives, dans la collection « Comprendre le livre numérique » aux éditions Numérik ; livre paru en 2011 mais toujours d’actualité.

[2] Digital Rights Management. Il s’agit la plupart du temps de fichiers sur lesquels a été apposé un « cadenas » limitant le nombre de copies. Voir ici ce qu’en dit Que Choisir : http://www.quechoisir.org/telecom-multimedia/informatique/decryptage-livres-electroniques-decryptage

[3] Voir l’astuce, tout à fait légale, ici : http://www.pcastuces.com/pratique/astuces/3785.htm

[4] C’est notamment le cas de Philippe Caza (http://www.bdebookcaza.com).

version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF envoyer l'article par courriel

4 Messages de forum

Répondre à cet article

partager sur
logithèque utile | FAQ | contacts | plan du site | mentions légales | recommander ce site à un ami | ISSN 2108-6893

rejoignez-nous    RSS 2.0   Facebook   YouTube   iTunes   App Store   App Store   Google Play   Android   Viadeo   LinkedIn