Le neuvième art, légitimations et dominations - neuviemeart2.0

accueil > recherche > thèses et mémoires > Le neuvième art, légitimations et dominations

la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image

Le neuvième art, légitimations et dominations

thèse par Jacques-Erick Piette

sous la direction de Péquignot, Bruno

thèse de doctorat (2016) - Université Sorbonne Paris Cité - Sociologie

Paris - France

En France, la bande dessinée est exposée dans des musées et des bibliothèques, ses dessins originaux sont vendus dans des galeries dédiées et par de prestigieuses maisons de ventes, mais est-elle pour autant réellement légitimée en tant qu’art au sein de ces champs ? Qui a initié et participe aujourd’hui à ce processus, et selon quelles stratégies ? Cette thèse s’attache à répondre à ces questions en mobilisant les concepts de champs et de légitimité développés par Pierre Bourdieu mais aussi par des emprunts théoriques et méthodologiques à différents sociologues de l’art comme Howard Becker, Serge Chaumier, Jean-Louis Fabiani, Nathalie Heinich, Bernard Lahire, Eric Maigret, Raymonde Moulin, ou Alain Quemin. En venant questionner les trois pôles que sont les artistes, les institutions et le marché, nous établissons un corpus d’évènements et de dessinateurs valorisés par ceux-ci, mais aussi des producteurs de ces évènements. En étudiant leurs déclarations et en allant à leur rencontre lors d’entretiens, nous analysons leurs motivations. Nous parvenons finalement à établir la relativité de la légitimation de la bande dessinée, tant en qualité qu’en nombre d’individus concernés. Malgré la mise en valeur d’un phénomène générationnel dans l’évolution du statut de la bande dessinée et de sa reconnaissance, nous concluons que l’acquisition d’une semi-légitimité (pour reprendre le mot de Jean-Louis Fabiani) du neuvième art est davantage d’un état de fait que d’un processus dynamique en cours d’évolution. - voir sur theses.fr

mots-clés : statut culturel ; art ; légitimation ; patrimoine

En France, la bande dessinée est exposée dans des musées et des bibliothèques, ses dessins originaux sont vendus dans des galeries dédiées et par de prestigieuses maisons de ventes, mais est-elle pour autant réellement légitimée en tant qu'art au sein de ces champs ? Qui a initié et participe aujourd'hui à ce processus, et selon quelles stratégies ? Cette thèse s'attache à répondre à ces questions en mobilisant les concepts de champs et de légitimité développés par Pierre Bourdieu mais aussi par des emprunts théoriques et méthodologiques à différents sociologues de l'art comme Howard Becker, Serge Chaumier, Jean-Louis Fabiani, Nathalie Heinich, Bernard Lahire, Eric Maigret, Raymonde Moulin, ou Alain Quemin. En venant questionner les trois pôles que sont les artistes, les institutions et le marché, nous établissons un corpus d'évènements et de dessinateurs valorisés par ceux-ci, mais aussi des producteurs de ces évènements. En étudiant leurs déclarations et en allant à leur rencontre lors d'entretiens, nous analysons leurs motivations. Nous parvenons finalement à établir la relativité de la légitimation de la bande dessinée, tant en qualité qu'en nombre d'individus concernés. Malgré la mise en valeur d'un phénomène générationnel dans l'évolution du statut de la bande dessinée et de sa reconnaissance, nous concluons que l'acquisition d'une semi-légitimité (pour reprendre le mot de Jean-Louis Fabiani) du neuvième art est davantage d'un état de fait que d'un processus dynamique en cours d'évolution.


Voir en ligne : http://www.theses.fr/2016USPCA081