à propos du classement des livres numériques sur une tablette - neuviemeart2.0

accueil > blogs > le blog de neuvième art > à propos du classement des livres numériques sur une tablette

le blog de neuvième art

Le blog de Neuvième Art est une rubrique d’opinion. Le contenu des billets n’engage pas la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image.

samedi 28 mars 2015

à propos du classement des livres numériques sur une tablette

par Christian Staebler

(Mars 2015)

Si la lecture sur tablette a ses avantages, le lecteur un tant soit peu addictif a tôt fait d’en découvrir un inconvénient majeur. Un inconvénient qui très vite devient un frein à la constitution de sa véritable bibliothèque numérique.

On a beaucoup parlé, un peu partout, des différences entre la bande dessinée lue sur papier et celle lue sur tablette ou écran. Pour les avantages de la lecture électronique : facilité de transport, prix avantageux, instantanéité de l’acquisition mais aussi couleurs plus lumineuses, lecture dynamique avec l’agrandissement possible des cases, possibilités diverses d’animation (le turbomédia) ou de défilement lié à la technologie elle-même. Pour les inconvénients : la qualité des rendus souvent moyenne (en cas de planches scannées), une mauvaise perception de la totalité d’une page ou double page, la perte de la sensualité du papier, le feuilletage pour retrouver un passage bien plus facile dans un livre papier [1]. Mais il est un inconvénient majeur dont on a peu parlé, me semble-t-il, jusque-là : comment retrouver un livre (bande dessinée ou autre) sur sa tablette ?

Le lecteur assidu cherche forcément chez divers diffuseurs de quoi sustenter sa soif de lecture. Pour la bande dessinée, le choix est plutôt large. Entre autres : Izneo, BDBuzz, AveComics, sans compter le Kindle d’Amazon, le iBooks d’Apple et les diverses liseuses spécifiques, auxquels peuvent s’ajouter, si vous lisez l’anglais, Comixology, Sequential et bien d’autres. Bien sûr, chacun ne propose pas l’ensemble de la production et vous, lecteur, allez, par conséquent, papillonner de l’un à l’autre pour trouver votre bonheur. Et cela pourrait être une bonne chose : la concurrence et la diversité sont, nous dit-on, plus souhaitables qu’un monopole. Votre bibliothèque va très vite s’agrandir, car certains de ces vendeurs en ligne proposent des prix « découvertes » alléchants (et qui parfois permettent de vraies surprises en allant vers des titres qu’on avait manqué auparavant).

Or, chaque site en ligne a son logiciel de lecture. Votre tablette se charge donc, non seulement de livres numériques, mais aussi de logiciels. Chaque logiciel a son système de classement, ses particularités de lecture (plus ou moins intuitive), sa vitrine vers le site de vente et parfois même sa tablette spécifique. Les fichiers sont alors protégés contre la copie par des DRM [2]. Cela peut sembler aller de soi, et être sans grande importance.
Là où le problème pointe son nez, c’est dans le fait que chaque système de classement ne peut se joindre aux autres. Le lecteur qui accumule des titres se retrouve donc très rapidement à devoir ouvrir toutes ses bibliothèques, une par site de vente, pour retrouver un livre qu’il sait avoir acheté, mais chez quel acheteur ? Sur un ordinateur classique, la recherche reste possible par le nom du fichier. Sur les tablettes (style iPad), cette possibilité disparaît. Il faut donc ouvrir une par une chaque application pour chercher dans chaque bibliothèque si le livre souhaité s’y trouve.

Cette multiplication des bibliothèques rend donc la recherche du livre difficile, d’autant que certaines « apps » ont tendance à vouloir vous mener d’abord vers le site de vente et non vers vos livres déjà acquis. Sans oublier qu’au moindre bug, ou suite à une mise à jour, vos livres peuvent disparaître sans prévenir et vous allez être obligé de passer dix minutes à tous les retélécharger (si vous y arrivez !). Très vite, cela devient presque rédhibitoire et vous finissez par ne plus rechercher des titres acquis antérieurement pour vous contenter de lire ce qui a été fraîchement acheté. Cet état de fait encourage la bande dessinée de grande consommation et ne pousse pas vers des œuvres qui parfois nécessitent plusieurs lectures pour en tirer toutes les subtilités. Le problème de la mémoire (autant celle de l’ordinateur que la nôtre) et de la conservation des données dématérialisées est encore une fois posé à travers ce manque de réflexion sur l’organisation de nos livres. Ne se retient que le récent, aux oubliettes le passé.

Pour le moment, aucune solution ne semble apparaître dans ce paysage confus. Il ne reste donc qu’à patienter, en espérant qu’un format s’impose et que tous les acteurs de ce secteur s’y plient. Cela risque d’être long, chacun voulant garder ses prérogatives, ses avantages et ses clients. N’est-ce pas là une des raisons pour lesquelles ce marché a du mal à se développer ? Le lecteur reviendra peut-être au papier, qui conserve décidément bien des avantages. Surtout si les initiatives numériques réellement novatrices (comme la revue Professeur Cyclope pour laquelle j’ai personnellement décidé d’acquérir une tablette) ne trouvent pas leur lectorat et finissent par disparaître.

Chacun devra donc trouver par soi-même sa solution. Un bon hacker aura peut-être une manière de « craquer » les différents formats. Ce n’est malheureusement pas un procédé à conseiller. Comme ne l’est pas la solution du téléchargement illégal, qui pourtant propose essentiellement deux formats (PDF et dossier contenant les planches en JPEG), lisibles sur presque tout type de tablette (même le format Kindle d’Amazon peut lire vos propres PDFs [3]). Certains auteurs proposent déjà directement leurs œuvres en vente directe au format PDF [4]. Un autre choix, en l’état des choses, serait de se contenter d’un seul fournisseur, mais alors on risque de donner tout pouvoir à une seule entreprise et de briser ainsi la multiplicité, les possibilités, les variétés possibles.
Espérons que tous ces diffuseurs, auteurs, vendeurs en ligne, trouveront rapidement un moyen de satisfaire les lecteurs qui voudraient avoir une seule et même bibliothèque cohérente et facile d’accès.

Christian Staebler


[1Pour avoir un bon aperçu du dossier bande dessinée numérique lire le livre de Sébastien Naeco, La BD numérique, enjeux et perspectives, dans la collection « Comprendre le livre numérique » aux éditions Numérik ; livre paru en 2011 mais toujours d’actualité.

[2Digital Rights Management. Il s’agit la plupart du temps de fichiers sur lesquels a été apposé un « cadenas » limitant le nombre de copies. Voir ici ce qu’en dit Que Choisir : http://www.quechoisir.org/telecom-multimedia/informatique/decryptage-livres-electroniques-decryptage

[3Voir l’astuce, tout à fait légale, ici : http://www.pcastuces.com/pratique/astuces/3785.htm

[4C’est notamment le cas de Philippe Caza (http://www.bdebookcaza.com).

Messages

Un message, un commentaire ?

- ajouter un commentaire
Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.
    Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.