accueil > auteurs > blutch > péplum ou l’étrange antique

péplum ou l’étrange antique

par Ambroise Lassalle

[Janvier 2008]

Toges, glaives, galères : Péplum contient tous les éléments classiques d’un récit antique. Mais sa tonalité d’ensemble en fait en tous points un objet étrange, déroutant, hors des genres.

Lorsque la revue (A Suivre) publia en 1996 un premier extrait de Péplum, le lecteur habitué au Blutch de la revue Fluide glacial n’a pas dû manquer d’être surpris par la nouveauté du ton et du style. Devant le peu de succès que remporta ce récit auprès de ses lecteurs, la revue choisit d’en « expédier » la publication le plus vite possible, quitte à la tronquer de plusieurs passages, au grand dam de son auteur. Mais heureusement, Blutch obtint rapidement de publier son récit en version intégrale aux éditions Cornélius, pour un résultat radicalement différent et sans doute plus proche de son projet initial.
Il faut d’abord souligner le soin manifeste apporté par l’auteur et l’éditeur à l’objet livre. Il s’agit d’un grand format épais d’environ 120 pages traitées en noir et blanc. L’ensemble est divisé en dix chapitres et un épilogue, et chaque chapitre est introduit par deux pages de « coupure » (une page portant uniquement le numéro du chapitre et la page suivante portant une image de tête de chapitre entourée d’une grande marge blanche). Ces choix précis de mise en page donnent à l’ensemble de l’ouvrage une majesté, une ampleur, un rythme tout à fait inhabituels et éloquents.

Librement inspiré du Satiricon de Pétrone

Blutch aborde ici une période qui lui est a priori peu familière, l’Antiquité romaine. Pourquoi un tel choix ? L’explication figure à l’extrême fin de l’ouvrage : « Péplum est librement inspiré du Satiricon de Pétrone ». Ce choix s’explique par un goût personnel de l’auteur, une véritable fascination à l’égard du récit antique de Pétrone, mais également, ce qu’il ne précise pas, pour son adaptation cinématographique réalisée par Fellini. La formule qu’il emploie correspond précisément à la réalité : il s’agit non pas d’une adaptation, mais bien d’une inspiration ou d’une variation autour du roman antique. L’auteur prolonge son plaisir de lecture en dessinant une sorte de suite au texte de Pétrone.
Le Satiricon n’a pas survécu dans son intégralité, de nombreux fragments sont manquants et donnent au texte un caractère lacunaire et décousu. On retrouve dans Péplum tous les ingrédients de l’original : voyage, naufrage, pirates, sorcière et sortilège, usurpation d’identité, etc. L’histoire se décompose en chapitres décrivant des épisodes qui ne se suivent pas toujours directement, sans que l’on sache combien de temps s’est écoulé entre chacun d’eux. L’auteur restitue ainsi habilement le caractère fragmenté du récit original. Son intrigue suit néanmoins un fil rouge, en la personne du héros, ce jeune homme impétueux et impudent qui cherche à retrouver une femme prise dans un bloc de glace, qu’il a découverte au début du récit, puis rapidement perdue.

Emprunts et collages

Grand adepte de l’emprunt, Blutch est ici fidèle à cette pratique, mais ne cherche pas à en faire comme précédemment un ressort de l’humour. Il va chercher des éléments très divers tout d’abord pour construire son intrigue : emprunt de l’histoire de la femme prise dans la glace à un ballet qu’a monté Roland Petit dans les années 1950, emprunt du récit de la mort de César du chapitre 2 à la pièce de Shakespeare Julius Caesar (les dialogues sont empruntés directement à cette pièce) [1] . Cet épisode très connu apporte un ancrage historique rassurant avant le récit déroutant qui va suivre.

Jeu d’échos, emprunts, références également sur le plan visuel. Au détour d’une page ou d’une case, on reconnaîtra des transpositions d’œuvres d’art antiques existantes : la femme congelée est ainsi le mélange d’une statue grecque archaïque du Musée du Louvre, la Dame d’Auxerre, pour la tête, et d’une statue égyptienne pour le corps ; la femme de profil dans la dernière case de la page 86 est très proche des représentations de danseuses dans la sculpture grecque archaïque ; le jeune garçon compagnon et amant du héros a les traits du Tireur d’épine, fameuse statue antique du Musée du Capitole [2]. Les pirates tels qu’ils apparaissent à la page 31 renvoient aux représentations traditionnelles de soldats sur la céramique grecque d’époque archaïque, vus de profil avec leurs boucliers ronds à emblema (motif ornemental) et leurs casques à collerette. Tous ces emprunts directs à l’imagerie antique ne semblent pas avoir été choisis pour leur cohérence historique mais plus pour leur force d’évocation. Ils tissent ainsi une toile de fond sur laquelle vont se dérouler toutes les péripéties du récit.

Corps en mouvements


Un des éléments visuels forts de Péplum est sans doute cette insistance sur la représentation du corps humain. On est frappé par les très nombreuses occurrences d’hommes nus ou dénudés, au repos ou en mouvement, qui jalonnent ce récit. Blutch fait preuve d’un talent extraordinaire pour représenter ces anatomies, restituer leur volume et leur texture grâce à un jeu habile de hachures plus ou moins fines, plus ou moins serrées. Le héros traverse les différentes épreuves du récit et exprime ce qu’il ressent autant, voire plus, par son corps que par ses paroles : depuis le moment où, effrayé par son propre geste, il tue violemment celui dont il usurpera l’identité, jusqu’à la dernière case où, engoncé dans une lourde toge, il apparaît blasé, morne, revenu de tout. Mais tout au long du récit, le héros est en constante agitation, à la recherche de ce qu’il a perdu, en lutte contre l’adversité. Il est souvent représenté en pleine action, comme saisi dans un geste chorégraphique. Ce goût pour la représentation du corps en mouvement est un trait que Blutch a développé dans ses œuvres suivantes, notamment en lien avec la danse (Mitchum, Vitesse moderne).

Cette omniprésence des corps dans leur nudité peut être comprise également comme un renvoi à l’image traditionnelle du monde antique, un monde fasciné par la figure humaine et sa représentation. Mais les anatomies représentées ici sont loin de la perfection exprimée dans la sculpture gréco-romaine. Elles sont dessinées avec un certain réalisme qui est comme une transcription du réalisme du récit de Pétrone, ou de celui de Fellini.

Si les corps sont traités de manière réaliste, on notera une sorte de décalage stylistique dans la manière de dessiner les visages. Ainsi du personnage principal : tout au long du récit il est représenté de la même manière, des traits simples, un visage lisse, de grands yeux avec une pupille toute petite, alors que les hommes qui l’entourent ont des traits nettement plus typés. Avec son physique simple et lisse, le héros en devient plus transparent, le lecteur est plus à même de s’identifier à lui.

Monde antique, monde étrange

L’image du monde antique que l’auteur nous donne est placée sous le signe de l’étrangeté. Blutch insiste sur les aspects étranges, étrangers de l’Antiquité, plutôt que sur ceux qui nous sont familiers. Il dit lui-même que c’est ce qui le fascine dans le roman de Pétrone [3].
On a presque l’impression que cette histoire ne se déroule pas dans l’Antiquité mais hors du temps ou dans un temps imaginaire, un peu à la manière du Polonius de Tardi auquel Péplum est parfois comparé. Dans l’imaginaire collectif, le monde romain est une civilisation de la ville et une civilisation méditerranéenne pleine de lumière, or la ville est ici peu présente visuellement, et lorsqu’elle apparaît c’est à travers une image sombre [4].

Blutch joue ainsi avec les attentes du lecteur : il dépeint des épisodes ou éléments familiers (la mort de César, la scène du mime), mais ils alternent avec des scènes qui, soit pour quelques détails, soit dans leur totalité, paraissent étranges voire déroutantes : le navire marchand dans lequel il voyage (chapitre 3), qui semble démesurément grand ; tout le chapitre 4, où le héros est capturé par des hommes, attaché au sol et « palpé » par des femmes sans mains ; les rires inexpliqués d’un certain nombre de personnages.

Les planches de Péplum déposées au Musée de la bande dessinée [5], constituent l’une de ces scènes intrigantes : attaqué par une femme armée d’un trident, le héros met fin au combat de manière sanglante. La scène est mise en page calmement, par une succession de plans presque identiques. Il n’en résulte pas moins un sentiment de violence extrême. Dans la dernière case, le héros debout découvre sans comprendre une foule au loin qui semble l’acclamer. De cette incompréhension naît l’impression d’étrangeté qui plane sur cette scène et sur l’ensemble du récit. Au final, ce sentiment persistant est peut-être ce qui fait toute la force et l’originalité de ce Péplum à la beauté singulière et pénétrante.

Ambroise Lassalle

Cet article a paru en janvier 2008 dans Neuvième Art No.14, pp. 156-159.


[1Blutch révèle ses emprunts dans une interview parue dans Jade No.15, 1998. Cette interview est consultable en ligne : www.pastis.org/blutch/entretienjade.htm

[2Cette référence est confirmée par les croquis préparatoires publiés dans Notes pour Péplum, éd. Cornélius, 1998.

[3Interview parue dans Jade, op. cit.

[4L’image de la ville en pleine page, planche 66, en est représentative.

[5Et restituées à l’auteur depuis [note de 2014].

Un message, un commentaire ?

- ajouter un commentaire 
Qui êtes-vous ?

Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.
    Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.