22. l’attachement à la bande dessinée - neuviemeart2.0

accueil > recherche > études > l’enquête sur la lecture de bandes dessinées en france > 22. l’attachement à la bande dessinée

la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image

22. l’attachement à la bande dessinée

22% des lecteurs de bande dessinée ne pourraient s’en passer

Un peu plus d’un lecteur de bandes dessinées sur cinq (22% précisément) estime que s’il ne pouvait plus du tout lire de bande dessinée pendant six mois, cela lui manquerait beaucoup. Ces personnes qui peuvent être décrites comme très attachées à la bande dessinée ne sont cependant pas majoritaires au sein de notre échantillon de lecteur de bandes dessinées. Le positionnement le plus fréquent est celui d’un attachement modéré à la bande dessinée : 42% des lecteurs disent en effet que ne pas lire de bande dessinée durant six mois leur manquerait un peu. Le faible attachement est aussi plus présent que le fort attachement, 35% des lecteurs jugeant que s’abstenir d’en lire pendant six mois ne leur manquerait pas du tout.

« Si vous ne pouviez plus lire de bandes dessinées durant six mois, pensez-vous que cela vous manquerait… » :

Base : lecteurs de bandes dessinées âgés de 11 ans et plus.

Bien évidemment, ces résultats reflètent fortement le degré d’appétence des lecteurs pour la bande dessinée. Ainsi, plus les lecteurs sont « consommateurs » de bande dessinée, plus leur attachement est élevé. Les gros lecteurs (50 BD et plus lues dans l’année) disent à 56% que la bande dessinée leur manquerait beaucoup là où les petits lecteurs (moins de 5 BD lues dans l’année) sont seulement 3% à le dire (68% estimant au contraire que cela ne leur manquerait pas du tout).
En fait, à partir du croisement entre nombre annuel de bandes dessinées lues et niveau d’attachement à la bande dessinée semblent se dessiner les différents seuils à partir desquels la relation à la bande dessinée est plus moins forte. À moins de 10 BD lues par an, les lecteurs témoignent en majorité d’un faible attachement, entre 10 et 49 BD lues par an, ils témoignent en majorité d’un attachement plutôt modéré et à plus de 50 BD lues par an, ils témoignent en majorité d’un attachement marqué.

« Si vous ne pouviez plus lire de bandes dessinées durant six mois, pensez-vous que cela vous manquerait… » :

Base : lecteurs de bandes dessinées âgés de 11 ans et plus.