15. les "parts de marché" des différents genres - neuviemeart2.0

accueil > recherche > études > l’enquête sur la lecture de bandes dessinées en france > 15. les "parts de marché" des différents genres

la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image

15. les "parts de marché" des différents genres

37% des BD lues au cours des 12derniers mois sont des albums traditionnels

Les résultats d’enquête permettent d’évaluer le nombre moyen de bandes dessinées lues par l’ensemble de la population (pas uniquement celle des lecteurs de bandes dessinées) ce, par genre. Connaissant la taille de la population via les données du Recensement de 2008, il est donc possible, en lui appliquant les moyennes issues de l’enquête, de calculer une estimation théorique du volume annuel de bandes dessinées lues dans l’année (toujours par genre).

Par exemple, le sondage évalue à 2,9 le nombre annuel moyen d’albums traditionnels lus par la population âgée de 11 ans et plus. Cette population se chiffrant en France métropolitaine à un peu moins de 54 millions d’individus, il en découle qu’approximativement 150 millions d’albums traditionnels auraient été lus durant l’année. En quelque sorte, ce volume définit la « part de marché » des albums traditionnels au sein de la population. Son intérêt est de nuancer les taux de lecture globaux (scindant la population en lecteurs / non lecteurs) en y ajoutant une seconde dimension : celle du volume de bandes dessinées lues par les lecteurs.

Parmi les différents genres de la bande dessinée, les albums traditionnels s’attribuent la « part de marché » la plus conséquente puisqu’ils représenteraient, selon les estimations effectuées, 37% des bandes dessinées lues au cours des 12 derniers mois. Ce résultat tient à la fois aux plus forts taux de lecture de ce genre de bande dessinée au sein de la population qu’au nombre moyen de bandes dessinées lues par les lecteurs de ce genre.

Les mangas, dont le taux de lecture se situe en-deçà des comics et des journaux d’humour, apparaissent pourtant en deuxième position en termes de « part de marché » : ils représentent 23% des bandes dessinées lues annuellement, soit près d’une sur quatre. Cette « promotion » s’explique par le fait que les lecteurs de mangas en lisent en moyenne deux fois plus que les lecteurs de comics et de journaux d’humour. Ces deux derniers genres constituent respectivement 15% et 17% des bandes dessinées lues. Avec 7% des bandes dessinées lues, les romans graphiques demeurent en retrait des autres genres.

« Parts de marché » des genres de la bande dessinée (répartition du nombre annuel de bandes dessinées lues extrapolé à l’ensemble de la population) :

Base : Ensemble de la population (uniquement les 11 ans et plus pour les journaux d’humour et uniquement les 15 ans et plus pour les romans graphiques).