g.ri : formules et paradoxes - neuviemeart2.0

accueil > auteurs > g.ri > g.ri : formules et paradoxes

g.ri : formules et paradoxes

par Thierry Groensteen

[Mai 2020]

G.Ri n’était connu jusqu’ici que de quelques spécialistes de la bande dessinée ancienne. Il fait partie de ces dizaines de dessinateurs actifs dans la presse illustrée d’avant la Première Guerre mondiale, dont quelques-uns seulement (Caran d’Ache, Emile Cohl, Benjamin Rabier…) ont vu leur réputation se maintenir jusqu’à nous.

Aussi ce dossier n’aurait-il pas vu le jour sans le remarquable travail de redécouverte effectué par les éditions 2024 (qui s’étaient déjà illustrées, dans la veine patrimoniale, par leurs rééditions de Gustave Doré), associés pour la circonstance aux éditions de la Bibliothèque nationale de France. On lira sous la plume des deux animateurs de 2024, Olivier Bron et Simon Liberman, comment ont été décidés et conçus les deux ouvrages, Dans l’infini (2017) et L’Île de la fée Bijou (2019) qui ont permis de replacer G.Ri dans l’histoire du 9e Art.
Ces deux livres reliés, de grand format (37 x 27,5 cm), comprennent chacun trois histoires parues en feuilleton dans Les Belles Images, hebdomadaire illustré des éditions Arthème Fayard, entre 1906, pour la plus ancienne, et 1915, pour la dernière. Ils sont accompagnés d’un appareil critique. En l’espèce, des textes de Roger Musnik, Julien Baudry, Alice Brière-Haquet, Annie Renonciat et Clément Hummel, qui fournissent déjà quantité d’éclairages croisés fort bienvenus.
Les lecteurs de Neuvième Art n’ont peut-être pas oublié la présentation très érudite, par Annie Renonciat, des Belles Images et de son titre jumeau, La Jeunesse illustrée, parue en janvier 2002 dans le No.7 de la revue du musée [1] ; elle est reprise dans le présent dossier, conçu dans une perspective complémentaire à la littérature existante.

JPEG - 258.6 ko
G.Ri, « Il faut penser au lendemain », couverture de Diabolo Journal,
5e année, No.50, 10 décembre 1911.

Il doit être signalé que le musée de la Bande dessinée possède (aux côtés d’œuvres d’autres contributeurs réguliers des illustrés Fayard, notamment Ymer, Georges Omry, Falco, S.Pania, Valverane et Mauryce Motet) deux grands dessins aquarellés de G.Ri et environ 70 vignettes tirées d’histoires en images – l’artiste ayant pour habitude de dessiner chaque image sur une feuille séparée – ayant pour titres « La Fée », « Sur la banquise », « La Vengeance des lutins » et « La mythologie comique : Les 12 travaux d’Hercule ». La première des deux grandes compositions, « Excursion au pôle Nord » montre un panorama avec un incendie au loin, et un ciel encombré de dirigeables et d’hommes volants se déplaçant au moyen d’une double hélice ; la seconde, « Le sous-marin », représente une quinzaine de scaphandriers sortant d’un sous-marin pour se livrer à diverses activités au fond des mers, parmi les poissons. Un homme protégé par une cloche de verre – sans doute un autoportrait de l’artiste – a déployé un chevalet et peint la scène. [2]

JPEG - 178.1 ko
collection musée de la Bande dessinée, Inv.95.1.102

La biographie de G.Ri est assez peu documentée. Rappelons que ce Nantais, de son vrai nom Victor Mousselet, a vécu de 1853 à 1940 et qu’il était militaire de carrière, dessinateur topographe à l’Ecole de Guerre de Paris. Ses premiers dessins ont paru en 1896 dans la revue d’Albert Robida La Caricature. On retrouve ensuite sa signature dans Le Pêle-Mêle, Le Bon Vivant, Diabolo Journal, L’Illustré national et L’Album comique de la famille, mais c’est à la maison Fayard qu’il réserva sa production la plus régulière. Il est généralement tenu pour acquis qu’il aurait remisé ses crayons en 1919, pourtant nous pouvons encore trouver sa signature dans La Jeunesse Illustrée No.1244 du 7 août 1927, où son trait apparaît, il est vrai, nettement dégradé.
La ville de Nantes a mis l’enfant du pays à l’honneur en octobre-novembre 2018 : G.Ri a fait l’objet d’une exposition au Lieu Unique, dans le cadre des « Utopiales ».

JPEG - 214.1 ko
G.Ri, « Un distrait », Le Bon vivant, 3e année, No.122, 15 mars 1902.

Dans l’histoire de la science-fiction dessinée en France, G.Ri précède de plusieurs décennies Alain Saint-Ogan (Zig et Puce au XXIe siècle, dans Dimanche Illustré en 1934, Le Rayon mystérieux, de 1937 à 39 dans Cadet-Revue) et Pellos (Futuropolis, dans Junior en 1937-38) et se rattache plutôt à la tradition vernienne et aux visions futuristes de Robida, développées dans sa fameuse trilogie d’anticipation (Le Vingtième Siècle en 1883, La Guerre au vingtième siècle en 1887, La Vie électrique en 1890). Ressortissent à cette veine les récits réunis dans le premier des deux albums : « Dans l’infini » (1906-1907), « Le Savant Diplodocus à travers les siècles » (1912) et « Dans la planète Mars » (1914-1915). Harry Morgan et Jean-Luc Guinament en disent plus long sur cet aspect de l’œuvre, dans leurs articles respectifs.
Le deuxième album réunit des histoires appartenant à un genre différent, à savoir le merveilleux d’inspiration féerique : « L’Ile de la fée Bijou » (1910), « Au pays de l’ogre Bouftout et de la fée Cocasse » (1911) et « Au royaume des jouets » (1907). Comme le signalent opportunément les éditeurs (Dans l’infini, p. 77), un autre thème de prédilection de G.Ri concerne les voyages et explorations, et il y aurait matière à proposer un troisième volume qui présenterait ce versant de son travail.

JPEG - 258.9 ko
G.Ri, « Ces diables de moutards », Le Bon vivant,
3e année, No.139, 12 juillet 1902.
JPEG - 235.6 ko
G. Ri, « Le Voyage extraordinaire », couverture de Le Bon vivant, 3e année, n° 123, 22 mars 1902.

Un article de Jean Monniot paru dans Le Chasseur d’illustrés No.7 en novembre 1968 constitue très probablement la première étude dédiée à G.Ri, introduit comme « un dessinateur pas comme les autres ». L’auteur voit en lui le meilleur des artistes ayant travaillé pour les Belles Images, avec Omry. Et de faire les observations suivantes : « Ce qui frappe chez lui, c’est un sens inné de l’infini, du relief, de la perspective, qui, joint à une tendance très nette au gigantisme, donne à ses décors un aspect grandiose et fantastique, mais qui contraste violemment avec l’allure gauche, débonnaire, hilare et souvent grotesque de ses personnages. »
Plus récemment, sur son blog du Monde consacré aux « Petits Miquets », Yves Frémion voyait en G.Ri « un épatant dessinateur, un grand narrateur, un poète » [3]. Opinion à laquelle je me rallie volontiers. Mais il y a, bien sûr, matière à creuser davantage et je voudrais, dans cet article, pointer quelques éléments de la poétique singulière de G.Ri, qui m’apparaît comme un auteur à formules et un homme de paradoxes. Je limiterai mon corpus aux six histoires rééditées, auxquelles tout un chacun pourra aisément se référer.

JPEG - 176.4 ko
« Les records de Monsieur Teufteuf », L’Illustré national,
No. spécial de Pâques, 1901.

Auteur à formules : on ne peut qu’être frappé, en effet, par la récurrence d’un certain nombre de traits, de procédés, de recettes, d’une histoire à l’autre, indépendamment de son inscription dans tel ou tel genre.
Par exemple, dans le domaine de l’onomastique. Les personnages portent en majorité des noms transparents, qui trahissent leur emploi ou leur caractère : le général Sabretache, le génie Toutcrochu, l’ogre Bouftout, la fée Féroce et sa nièce Perfide, la princesse Toutebelle, et ainsi de suite. Noms allégoriques, forgés pour la circonstance, qui recourent souvent au principe de la substantivisation d’un adjectif. Le signifiant conduit tout droit au signifié, et le lecteur sait, dès la première présentation, à quoi s’en tenir, s’agissant de l’être de papier qu’il vient à connaître.

Autre formule : le choix des personnages dont les aventures vont nous être contées. Dans les récits féeriques, il s’agit souvent d’enfants, qui vont par deux. Albert et Cath (« L’Île de la fée Bijou ») sont frère et sœur, comme Titi et Tata (« Au royaume des jouets »). Toto, lui (« Au pays de l’ogre Bouftout… ») a une amie de son âge prénommée Lolotte mais, étrangement, celle-ci disparaît sitôt présentée, et n’est pas aux côtés du jeune héros pour l’aider à affronter les péripéties qui l’attendent.
Du côté des récits d’anticipation, le personnage focal est toujours un savant (comme chez Jules Verne). Mais, si Christophe commençait par évoquer la naissance de Zéphyrin Brioché, et retraçait l’histoire de sa vocation et de son accession au rang de savant éminent connu sous le nom de Cosinus [4], G.Ri, lui, saisit d’emblée ses personnages à l’apogée de leur carrière, présentant son Theodolitus comme « une de nos gloires astronomiques » (« Dans l’infini »), son Diplodocus comme « un homme de science on peut dire unique », tout à la fois astronome, géologue, zoologiste, paléontologue, etc, bref le prototype du savant universel (« Le Savant Diplodocus à travers les siècles »), et son professeur Polycarpe (étym. : qui donne plusieurs fruits) comme « un savant émérite, passionné par toutes les sciences et surtout la physique et l’astronomie » (« Dans la planète Mars »). On notera que l’astronomie est une passion commune à nos trois vieux garçons, et que leurs observations et spéculations dans ce domaine les prédispose tout naturellement aux voyages interplanétaires. On observera aussi que les noms de Theodolitus et de Diplodocus, aux consonances latines, inscrivent les personnages dans une lignée qui compte déjà le Docteur Festus de Töpffer et le savant Cosinus précité.

Cependant, Theodolitus embarque dans son dirigeable avec deux compagnons, l’ingénieur Troisix et le chauffeur Lapanne (lequel est accompagné de son chien), tout comme Polycarpe dans sa machine volante en cuivre, à bord de laquelle prennent place son domestique Nigaudot et sa sœur Brigitte. On a donc, par deux fois, affaire à des trios de voyageurs. Le cas de Diplodocus est un peu différent : parti seul dans son voyage aux origines du monde, il a tôt fait de retrouver sa sœur Ursule et son neveu Frédéric (« premier prix d’Histoire naturelle »), rejoints un peu plus tard par Sophie, la dame de ses pensées, et Marsupiaux, un rival.

Le recours au rêve comme « subterfuge commode qui débride l’imagination et donne licence à toutes les fantaisies » [5] est un procédé récurrent chez G.Ri. « Ce n’était qu’un rêve aura été le dénouement commode de quantité de fables marquées du sceau de l’extravagance », écrivais-je en 2013 dans le catalogue de l’exposition Nocturnes [6]. En principe, cette explication n’est pas nécessaire dans les récits qui ressortissent au merveilleux, puisque le genre se définit par une dimension magique ou surnaturelle. Pourtant, le séjour de Toto au royaume des fées (« Au pays de l’ogre Bouftout… ») finit par l’image canonique de l’enfant s’éveillant en sursaut, « stupéfait de constater qu’il avait seulement rêvé cette longue histoire qu’il croyait si bien avoir vécue ».

JPEG - 115 ko
« Au pays de l’ogre Bouftout... » : le réveil de Toto

Les récits des voyages accomplis par deux de nos trois savants, dans le temps (pour Diplodocus) ou dans l’espace (pour Theodolitus), n’ont en vérité rien d’une véritable exploration scientifique, puisqu’ils sont eux aussi taillés dans l’étoffe des rêves (ou des hallucinations). Le premier, tombé malade, aborbe un cocktail de drogues qui, du fond de son lit, lui donne « la clairvoyance du passé » et lui permet de remonter les siècles par la pensée. Une vingtaine de pages plus tard, c’est au moment fatadique où va s’abattre sur lui un couteau sacrificateur que Diplodocus s’éveille enfin de son « long rêve ». Theodolitus, quant à lui, s’élève à bord de son aérostat jusqu’à une hauteur de 8 000 mètres où, l’oxygène manquant, il perd connaissance. C’est alors que commence le « rêve exquis » qui va le conduire à visiter la Lune puis différentes planètes de notre système solaire. Mais le rêve tourne finalement au cauchemar et, là encore, c’est à un instant critique (les médecins de Saturne se disposent à lui ouvrir le ventre) que notre savant se réveille, « douillettement couché dans un bon lit », soigné par la famille qui l’a recueilli.
Tout cela n’est pas sans rappeler la fin mémorable du Docteur Festus chez Töpffer : après qu’il soit rentré de son grand voyage d’instruction, Le docteur, revenu à lui le lendemain matin, s’imagine qu’il n’a pas quitté le logis et, tout en contemplant l’aurore, il songe au beau rêve qu’il a fait. »
Un autre précédent que G.Ri pouvait connaître est Le Voyage de M. Blandureau autour du monde, récit dessiné publié sans nom d’auteur dans La Terre illustrée, du 8/11/1890 (No.1) au 25/04/1891. J’ai évoqué ailleurs [7] cette bande dessinée d’une surprenante modernité graphique, qui narre l’odyssée d’un ex-pharmacien décidé à faire le tour du monde. Naufragé, notre homme est recueilli par un mystérieux scaphandrier qui l’attire dans sa maison construite au fond de la mer. Là, son hôte lui présente successivement « la Phoquesse, ma femme » et « la veuve Phoquesse, ma belle-mère ». Cette union contre nature ne fait qu’anticiper sur une péripétie ultérieure au cours de laquelle M. Blandureau, prisonnier d’une île déserte, consentira à épouser la guenon Gabichette, fille du roi Singe XIV. Le fin mot de l’histoire sera que toute cette aventure – contée en vingt-cinq planches − n’était qu’un rêve, dont le héros finit par se réveiller.
On songe à Blandureau devant la planche où un Sélénite présente sa femme à Théodolitus (Dans L’infini, p. 6).

JPEG - 77.2 ko
« Dans l’infini » : la reine Arielle et son palais

Une autre caractéristique des récits de G.Ri est le fait que les pays exotiques traversés par ses héros ont presque invariablement un régime monarchique. Ces royaumes de fiction sont conformes à la tradition des contes de fée et l’on ne s’étonne pas de les trouver dans les histoires relevant du merveilleux. Mais il en va de même dans les récits s’apparentant à une forme primitive de science-fiction : la reine Arielle règne sur Jupiter, et même sur la « planète d’expiation » (représentation cosmique des Enfers), les personnages poussent « jusqu’à la sinistre demeure du roi de cette planète maudite » (« Dans L’infini »). En revanche, on ne sait pas sous quel régime politique vivent les Martiens parmi lesquels séjourne Polycarpe.

J’ai mentionné les Enfers. C’est un autre thème qui plaît à G.RI et qui, lui aussi, transcende les catégorisations génériques, puisqu’on en trouve une représentation aussi bien dans « L’île de la fée Bijou » que dans « Dans l’infini ».

JPEG - 101.2 ko
Les enfers dans « La fée Bijou » (détail)

Dans le premier cas, les jeunes Albert et Cath, échoués sur « un sombre rocher » où « de tous côtés [règnent] la désolation et l’horreur », découvrent au fond d’une sombre grotte « une ronde infernale d’êtres repoussants et fantastiques, dont chaque mouvement [produit] un bruit de squelettes qui s’entrechoquent ». Les douze vignettes de la page suivante sont entièrement consacrées à une nomenclature descriptive des différents supplices infligés aux « génies coupables » (génies désignant ici des êtres surnaturels) qui « expient leurs vices ou leurs forfaits ». Les deux enfants ne sont donc pas concernés par ce séjour infernal qui n’est pas pour les humains, ils le visitent en touristes. On les perd ensuite de vue pendant trois pages et demi, jusqu’au moment où il leur est porté secours. Ils semblent alors étendus sans vie, comme si « les tortures de la faim et les horribles visions qui les entouraient avaient eu raison de leur jeunesse » mais ne sont en vérité que profondément endormis et ne tarderont pas à être réveillés. Il ne s’agissait toutefois pas d’un rêve : ils ont bel et bien visité « l’île maudite, enfer des génies ».

JPEG - 215.4 ko
Les enfers dans « Dans l’infini »

L’autre enfer peint par G.Ri est l’une des planètes visitées par Theodolitus et ses compagnons de voyage dans l’espace. Une « planète d’expiation » où les volcans vomissent d’énormes flammes et où s’offrent à la vue toutes sortes d’animaux monstrueux. « Au fond d’une vallée ardente, des formes humaines semblaient se tordre dans la souffrance et le désespoir. » La visite de ce lieu inhospitalier occupe une page et demi. G.Ri fait apparaître quelques figures mythologiques (Cerbère, les Parques, les Furies). Puis nos voyageurs découvrent que cette planète est le séjour des « grands criminels historiques » : Néron, Brutus, Attila, Ravaillac, Cromwell, Caïn et Athalie, chacun hanté par le souvenir de son crime.
La visite des enfers n’est pas un thème très commun dans la littérature de jeunesse, la référence littéraire par excellence étant évidemment la Divine Comédie de Dante et ses trente-quatre chants dédiés à L’Enfer. G.Ri fait preuve d’originalité et même d’une certaine audace dans le choix de ce sujet propre à effrayer les têtes blondes. Comme le résume Amandine Laudoueineix, « une vision infernale, c’est avant tout une vision de la désespérance » [8].

Audace tempérée, toutefois, par les choix graphiques dont je parlerai plus loin, et par l’issue toujours heureuse des récits.
Car, de façon on ne peut plus conventionnelle, les histoires de G.Ri se terminent souvent soit par une scène de retrouvailles (dans « L’île de la fée Bijou », la fée des marais retrouve son fils perdu, qui n’est autre que le « prince Gentil »), soit par un mariage, voire deux : c’est sur une double union, en effet, que se referme le même récit. Ce qui ne représente pas moins de trois fins heureuses compactées en une seule page ! Zézette et Pierrot, les deux héros d’« Au royaume des jouets », convolent eux aussi et vont filer le parfait amour dans un château dont ils ont fait l’acquisition ; et les savants eux-mêmes quittent le célibat qui semblait être pour eux une seconde nature, Theodolitus convolant avec une jeune épouse qui n’apparaît que dans les quatre dernières cases de son odyssée et n’a pas même les honneurs d’un prénom, Diplodocus avec Melle Sophie Basbleu et Polycarpe avec la Martienne Mahama.

Comme Jean Monniot en parlait déjà dans Le Chasseur d’illustrés, je n’insiste pas sur l’abondance des vignettes figurant des palais somptueux et grandioses, tel celui de la reine Arielle sur Jupiter, le « palais des 100 000 colonnes » sur Mars ou même celui de la fée Féroce (« Au pays de l’ogre Bouftout… »).

JPEG - 88.7 ko
Le palais des 100 000 colonnes (« Dans la planète Mars »)

Indéniablement, G.Ri se plaît à imaginer des monuments immenses, des murailles cyclopéennes hérissées de tours, des salles pouvant abriter plusieurs cathédrales. On peut rêver à ce qu’il aurait donné dans le genre s’il avait été contemporain d’un Druillet, au lieu d’être prisonnier du gaufrier de règle dans Les Belles Images, dont Annie Renonciat juge l’uniformité « accablante ». Au sein des petites vignettes qui lui sont imparties, le dessinateur ne peut que nous laisser entrevoir toutes ces merveilles architecturales, mais c’est tout de même suffisant pour servir de tremplin à l’imagination.

Les différents éléments pointés ci-dessus suffisent à qualifier G.Ri d’auteur se plaisant à répéter les mêmes « formules », mais l’élément récurrent qui me semble le plus original dans ses propositions narratives consiste dans l’insertion, en plein récit, de séries de vignettes quasi didactiques, épuisant un thème donné. Ainsi des grands criminels historiques déjà cités (« Dans l’infini »), qui sont, pour les jeunes lecteurs, autant de fenêtres ouvertes sur des pages d’histoire et/ou des œuvres célèbres. Mais dès la page suivante commence une deuxième série ; Theodolitus se trouve sur une autre planète où, comme il le découvre bientôt, séjournent les « grands hommes de la Terre » ; occasion d’un nouveau défilé de célébrités empruntées à la culture classique et historique : Caton, César, Vercingétorix, Charlemagne, Homère, Dante, Galilée, etc. [9] Theodolitus ne s’attarde pas et le voilà bientôt sur une troisième planète, Saturne. Y débute une nouvelle énumération, cette fois marquée du sceau de la fantaisie, qui nous présente toutes les réalisations techniques développées par la civilisation saturnienne et propres à étonner un Terrien : automobiles qui sont de véritables « villas sur roue », machines à écrire à commande vocale, monorails électriques suspendus roulant à la vitesse de nos TGV actuels, ballonbus, et ainsi de suite. La visite guidée de « ce monde où les progrès de la science [dépassaient] de beaucoup les nôtres » s’effectuent sans guide, nos voyageurs (eux-mêmes relégués au second plan) ne faisant la connaissance d’aucun autochtone en particulier. Les « vues » que G.Ri aligne dans ces trois séquences consécutives semblent issues d’ouvrages encyclopédiques : elles font songer à autant de bons points, d’images à collectionner et à coller dans un album. De récit, il n’y en a plus à proprement parler, il se réduit à de brèves transitions expliquant comment s’effectue le voyage d’une planète à l’autre. Et l’on trouve des séries pseudo-didactiques analogues dans d’autres histoires : par exemple sur les spécimens de l’étrange faune observée par Diplodocus, ou bien sur les animaux encore, maison aussi les monuments, les instruments de musique et même les légumes qui se rencontrent « dans la planète Mars ».
« Au pays de l’ogre Bouftout et de la fée Cocasse » comporte une série qui est davantage intégrée à la narration. La fée Cocasse possède le don de se transformer en différents animaux. Cette aptitude pourrait donner lieu à un certain nombre d’épisodes amusants survenant dans le cours du récit, mais G.Ri préfère nous donner tout d’un bloc le catalogue de ses manifestations : on verra donc la fée se faire, dans le cours d’une même page, des têtes de perroquet, de rossignol, de lapin, de phoque, de hérisson, de lynx, de vautour, de chouette, de marmotte et de crocodile. Comme à son habitude, quand il sent qu’il tient un « filon », G.Ri l’épuise d’un coup, sous forme d’une série d’images qui n’obéissent plus à aucune vectorisation narrative particulière et pourraient être proposées aussi bien dans un ordre différent.

Nous avons dit qu’il était aussi un homme de paradoxes.
Paradoxale, en effet, nous apparaît en premier lieu sa propension à présenter le lointain, le neuf, l’inconnu, sous un jour familier qui en réduit quelque peu l’intérêt. A quoi bon visiter les époques reculées et les mondes les plus éloignés si c’est pour s’y retrouver comme chez soi ? Or, c’est bien ce que fait G.Ri à plusieurs reprises. On découvre ainsi, avec Theodolitus, qu’il existe sur la Lune des pensionnats pour jeunes filles, des théâtres de guignol et des chaises à porteur (« Dans l’infini »). De même, « dans la planète Mars », Polycarpe constate que les Martiens habitent dans des intérieurs meublés de façon tout à fait bourgeoise, dans le goût de l’époque ; les monuments rappellent la Tour Eiffel et l’Arc de Triomphe ; et la planète rouge abrite encore une ville qui « rappelle Venise », un village qui « rappelle les villages lacustres de notre antique Gaule », une sorte de tour de Babel, de faux dolmens, des semblants de pyramides. Curieuse évocation d’un monde que l’on s’attendrait à trouver dépaysant, extraordinaire, et qui, là encore, finit par prendre des allures de catalogue encyclopédique des curiosités de notre propre civilisation !

Il est un autre plan sur lequel G.Ri désamorce aussi très fréquemment ses effets, et c’est celui de la réalisation graphique. Cela se marque de deux manières : d’abord, par l’atténuation du côté effrayant de certaines des visions proposées. Ainsi, dans « L’île de la fée Bijou », les « monstres hideux » et « immondes » qui accueillent Albert et Cath à leur arrivée aux enfers ont une bonne tête et semblent même ébaucher un sourire. Le texte, qui parle d’« aspect effrayant » et d’« horribles visions », se trouve contredit, ou du moins fortement minoré, par l’image. Quant aux « génies coupables » qui leur succèdent, l’un louche, un autre fait un pied de nez, un troisième est affublé d’un nez risible, et ainsi de suite. Deux pages plus loin, quand des « monstres antédiluviens, ignorés ou inconnus, les plus gigantesques, les plus forts et les plus effrayants » sortent des « profondeurs les plus insondables », nous leur trouvons à nouveau un air presque sympathique.
Cette forme d’understatement visuel peut se comprendre, eu égard au souci de ménager des jeunes lecteurs impressionnables. Mais elle caractérise aussi des situations bien plus inoffensives. Régulièrement le texte va très au-delà de ce que suggère l’image. Par exemple quand, à la fin de « Au Royaume des jouets », les tourelles du château royal, renversées par un géant, « s’écroulent avec fracas », nous voyons certes deux tours s’incliner et être au bord de la rupture mais elles ne sont pas encore disloquées comme les mots le suggèrent.

Plus généralement, ce sont les attitudes corporelles et les expressions des personnages qui sont peu marquées. Quand l’ogre Bouftout, parvenu jusqu’au seuil de la grotte où s’est réfugié Toto, est censé pousser des « rugissements », le dessin ne montre rien de tel, l’ogre apparaissant simplement dans une position d’attente (L’Île de la fée Bijou, p. 28, case 10). Dans la scène des retrouvailles entre Bijou et Gentil, quand le texte assure qu’il est « impossible de décrire leur bonheur », le dessin montre seulement deux personnages qui s’étreignent timidement. De tels exemples abondent. A cet égard, G.Ri est véritablement l’antithèse d’un Töpffer, pour qui, en matière de « jeu » de ses acteurs, tout était « préférable à la froideur ».

Le dernier paradoxe que je relèverai concerne l’usage que fait G.Ri du gros plan. Celui-ci, on le sait, est encore, à l’époque, très peu usité dans les histoires dessinées. Notre homme en use avec une grande parcimonie, en effet, mais il les réserve à des personnages qui ne jouent qu’un rôle très secondaire dans le récit, quasiment des figurants. La planche qui compte le plus grand nombre d’occurrences de gros plans se trouve à la page 15 de Dans l’infini. Ce sont d’abord deux ministres de la reine Arielle, réunis en conseil (personnages anonymes, qui ne réapparaîtront pas et ne jouent aucun rôle direct dans l’intrigue), dont nous nous approchons au plus près, sans raison apparente, tandis qu’ils devisent. Puis, pour évoquer le fait que sur Jupiter, « toute mauvaise action porte son châtiment », G.Ri recourt encore à deux très gros plans où il nous montre comment « le menteur perd autant de dents qu’il dit de paroles mensongères » et comment on voit sa langue s’allonger quand on a de « mauvais desseins ». [10] Dans « L’Île de la fée Bijou », G. Ri s’approche, dans deux cases consécutives, des pirates que toise le Prince Gentil, pour mieux nous en faire voir la « face patibulaire ».

JPEG - 227.5 ko
« Dans l’infini » : la page avec les gros plans

Le seul cas où c’est le héros de l’aventure qui bénéficie d’une telle promotion se trouve dans « Au Royaume des jouets », quand Pierrot retrouve son père. La scène de retrouvailles est plus éloquente que celle évoquée un peu plus haut. Plutôt que de montrer les deux personnages en pied, G.Ri se rapproche d’eux au plus près, ce qui nous permet d’apprécier leur mine étonnée et joyeuse et, en quelque sorte, de partager leur bonheur. Mais, nouveau paradoxe : Pierrot et son père ne sont que des pantins, des jouets, et le gros plan, qui ne nous fait grâce d’aucune ride d’expression, les fait voir tout à coup sous un jour plus réaliste et, partant, plus humain que n’importe lequel de ses autres personnages !

G.Ri était donc un homme de culture et d’imagination, qui, comme scénariste, ne craignait aucune extravagance. Mais lorsqu’il s’agissait de dessiner, il se révélait adepte de la réticence, peut-être parce qu’elle lui apparaissait comme une condition de la bienséance attendue, en ce temps-là, des illustrateurs pour la jeunesse.

Thierry Groensteen

JPEG - 130.7 ko
collection musée de la Bande dessinée, Inv.95.1.103

[1« Les magazines d’Arthème Fayard et la promotion de l’histoire en images "à la française" », Neuvième Art, No.7, janvier 2002, p. 36-43.

[2Nous ignorons la provenance de ces deux très beaux dessins et remercions toute personne susceptible de nous informer de leur lieu et date de parution.

[4Cf. L’idée fixe du savant Cosinus, en feuilleton dans Le Petit Français illustré à partir de 1893.

[5Thierry Groensteen (dir.), Nocturnes. Le rêve dans la bande dessinée, Paris-Angoulême, Citadelles & Mazenod/CIBDI, 2013, p. 38.

[6Idem.

[7Nocturnes, op. cit., p. 38 et 40

[8Les Figurations de l’enfer littéraire : des représentations classiques au monde d’aujourd’hui, thèse en littérature comparée soutenue le 27 juin 2013 à l’université de Limoges, p. 102. Téléchargeable sur aurore.unilim.fr

[9En la circonstance, G.Ri n’apparaît pas comme un grand féministe. Parmi ces grands hommes figure une seule femme, Madame de Sévigné ; mais elle est reléguée dans la fonction subalterne de « secrétaire infatigable » de Victor Hugo ! Il semble pourtant, en une autre occasion, donner une leçon de féminisme, quand Mahama explique à son hôtesse terrienne que, « Dans la planète Mars », les femmes sont « avocate, médecin, doctoresse en droit, préfète et même ministre, ce qui ne les empêche pas d’être en même temps des femmes d’intérieur et des mères modèles » (Dans l’infini, p. 53).

[10A noter : l’image montrant comment « le coléreux éclate » pourrait bien être une citation de la 195e vignette de l’Histoire de Monsieur Cryptogame, de Töpffer, où l’on voyait la malheureuse Elvire éclater littéralement de jalousie et de rage.

Un message, un commentaire ?

- ajouter un commentaire
Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.
    Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.